Les prix du pétrole ont poursuivi vendredi une courbe ascendante dans la foulée de la nomination à la Maison-Blanche du néoconservateur, John Bolton ; au poste de conseiller à la sécurité nationale. Ce dernier est réputé pour être un antagoniste de l’accord sur le nucléaire iranien.

Le prix du baril de Brent s’est installé à 71,04 dollars, après une progression de 1,54 dollar, sur l’Intercontinental Exchange Futures (ICE) de Londres, alors que le prix du baril de Light sweet crude a atteint les 66,55 dollars, en forte hausse de 1,58 dollar, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

De l’avis des experts, cette hausse peut être expliquée par la nomination, à la maison blanche, du néoconservateur John Bolton, au poste très influent de conseiller à la sécurité nationale. Bolton est réputé pour être très hostile à l’accord sur le nucléaire iranien. Sa nomination intervient donc, à l’approche d’une échéance cruciale sur l’avenir de cet accord.

Les prix sur les marchés sont également stimulés par des rapports de plus en plus houleux entre les États-Unis et la Chine, qui a menacé vendredi de soumettre plus d’une centaine de produits américains aux droits de douane après l’ouverture par Washington des hostilités commerciales à l’encontre de la deuxième économie mondiale.

Pétrole / Les prix portés par la nomination à la Maison-Blanche d’un néoconservateur
3 (60%) 2 votes