C’est un Abdelaziz Bouteflika très affaibli qui est sorti en virée ce matin pour inaugurer la nouvelle ligne de métro Place des martyres – Aïn Naadja et la mosquée Ketchaoua fraîchement rénovée. Le président a également pris part à une mini conférence sur les étapes de réalisation du métro d’Alger. Un effort supplémentaire qui l’a montré très diminué et totalement désintéressé.

Un an après ses dernières visites de terrain lorsqu’il a inauguré en janvier 2017 l’opéra d’Alger, le centre international des conférences, la ligne ferroviaire reliant Zeralda à Alger et inspecté le chantier de construction de la Grande mosquée d’Alger, le chef de l’État effectue une nouvelle sortie. Comme pour la dernière, aucun ne discourt ni aucun mot n’a été soufflé.

Abdelaziz Bouteflika a inauguré la mosquée Ketchaoua, fraîchement rénovée par une entreprise turque. Sur place, il a eu droit à un bain de foule. Le président a essayé tant bien que mal de saluer la foule venue voir un président qui n’apparaît que très rarement en public.

Sa deuxième destination a été la Place des martyres où il a inauguré la nouvelle ligne desservant Aïn Naadja. Sur place, il a assisté à une exposition sur les différentes étapes de réalisation du projet du métro d’Alger. C’était vraisemblablement la visite de trop, car le chef de l’État apparaissait très affaibli sur les images, à un point tel qu’il a montré un désintérêt total à ce qui se tramait devant lui.

Au-delà de cette sortie de terrain, l’on s’interroge toujours sur la finalité d’une sortie qui a été effectuée dans un contexte marqué par la résurgence de la question du 5e mandat.

 

Bouteflika sur le terrain à Alger / Un président affaibli à la conquête d’un 5e mandat ?
4.1 (82.5%) 16 votes