Une série de décisions, dont celle relative à la durée du service civil, a été prise en faveur des médecins résidents à l’issue de la réunion ayant regroupé le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui, et les représentants du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA). La décision des médecins résidents sera rendue mardi à la suite de réunions synchronisées sur tout le territoire national.

Selon les termes du compte rendu de la réunion qui s’est tenue hier dimanche, publié par le CAMRA, il a été arrêté « le principe de fixer la durée du service civil de 3 à 4 ans pour les villes universitaires du Nord du pays et de 1 à 2 ans pour les autres villes, y compris les villes universitaires du Sud ». La durée du service militaire sera également déductible sur celle du service civil.

La question du logement a également été soulevée lors de cette rencontre qui a duré plus de cinq heures. À cet effet, « Il a été retenu le principe de la disponibilité d’un logement individuel équipé, adapté et décent comme préalable à toute affectation dans le cadre du service civil pour les wilayas du Sud et des hauts plateaux et les villes situées dans un rayon de 100 km au plus du domicile du médecin concerné ». « En cas d’indisponibilité du logement, le chef d’établissement est dans l’obligation de recourir à une location », souligne le CAMRA dans son compte rendu.

Pour ce qui est des salaires, le ministère de la Santé assure que le salaire du médecin spécialiste affecté dans le cadre du service civil est versé à partir de la date d’installation. Le compte rendu évoque également une prime qui sera octroyée aux médecins spécialistes et dans le montant varie entre 20 000 DA et 60 000 DA selon la zone ou le praticien est affecté.

Le ministère de la Santé a également proposé de rouvrir le dossier du statut du résident. « Toutes les corrections nécessaires aux insuffisances et incohérences contenues dans le statut actuel ». Ceci permettra d’accorder un droit entier au congé de maternité aux spécialistes du service civil, d’offrir aux médecins une couverture juridique et un droit aux congés spéciaux. Concernant le droit syndical, le compte rendu explique que celui-ci est assujetti à l’article 42 de la loi 90-14.

Toutefois, le CAMRA a fait savoir que le ministre a conditionné l’application de toutes ces décisions par « l’arrêt de la grève » et « la reprise du travail ». Le Collectif a annoncé que des Assemblées générales seront organisées mardi, sur tout le territoire national afin de discuter du document et de procéder au vote. « La décision revient à l’ensemble des résidents. Aucune décision n’a été prise par le bureau national », est-il précisé dans le compte rendu.

Bras de fer entre le CAMRA et le ministère de la Santé / Ce qui a été décidé à l’issu de la réunion de dimanche
5 (100%) 1 vote