Les responsables de la wilaya de Boumerdes ne veulent plus traiter les déchets de la capitale à des tarifs très bas. Un échange de courrier «très enflammé» a eu lieu entre les deux entités ces dernières semaines.

Boumerdes veut augmenter le prix de la tonne des déchets traités au Centre d’enfouissement technique (CET) de Corso, ce qui n’a pas été du goût du Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh. Jusque-là, le tarif était de 800 dinars la tonne.

Le Wali de Boumerdes, Abderrahmane Madani-Fouatih, veut le porter à 1400 dinars. «Les responsables de la capitale veulent continuer à nous berner, alors que Netcom d’Alger engrange de gros profits en récupérant d’abord les matières recyclables, en les revendant au prix fort et en se débarrassant à Boumerdès à bas prix des déchets organiques. Désormais, c’est fini tout ça. D’ailleurs, le cet de Zemmouri ne recevra que les déchets de la région est de notre wilaya, jusque-là déficitaire à ce niveau», a affirmé Madani-Fouatih dans une déclaration reprise par le quotidien francophone El Watan. Plus grave encore, la réaction de Zoukh, qui avait adressé au premier responsable de Boumerdes un courrier dans lequel il conteste le nouveau tarif, a été ressenti comme «une manière de considérer Boumerdès comme étant sous-tutelle d’Alger, mais aussi contre le marché de dupes aux dépens de Boumerdès d’enfouir des tonnes de déchets de la capitale au point d’atteindre 78% de l’ensemble des rejets organiques traités par le CET de Corso». Les plus grandes décharges de la capitale, Oued Semar et Ouled Fayet, ont été fermées il y a déjà quelques années.

Depuis, les services de collecte des ordures de la wilaya d’Alger déplacent, pour traitement, ces ordures vers les wilayas limitrophes.

Elyas Nour

Collectivités/Polémique entre les walis d’Alger et Boumerdes à cause des …ordures
Notez cet article