Pour la secrétaire d’Etat espagnole au Commerce, María Luisa Poncela, qui accompagne le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. L’Algérie doit assouplir sa réglementation sur les investissements étrangers et lever ses barrières aux importations,

L’Algérie devrait “réviser la réglementation qui régit les investissements étrangers en Algérie pour les stimuler”, a répondu, sans autre détail, Mme Poncela, estimant l’investissement étranger “vital pour renforcer le tissu entrepreneurial algérien”.

Parmi les règles les plus controversées, figure la loi dite “51/49” obligeant tout investisseur étranger à s’associer à un ou plusieurs partenaires algériens détenant 51% des parts de l’entreprise.

Mme Poncela a également déploré une “chute de 11%” des exportations espagnoles vers l’Algérie “à cause des mesures de restrictions imposées” par Alger.

“L’Espagne ne considère pas le déficit commercial (…) avec l’Algérie comme un problème, nous considérons comme un problème les restrictions posées par le pays aux importations de certains produits qui affectent sensiblement les exportations” espagnoles, a lancé la secrétaire d’Etat.

“L’ouverture vers l’extérieur est la voie pour le redressement” de l’économie algérienne, a estimé la secrétaire d’Etat espagnole.

De son côté le ministre algérien de l’industrie , M.Yousfi, a rappelé qu’avec plus de 7 milliards d’euros d’échanges commerciaux, l’Espagne figure “parmi les partenaires les plus important de l’Algérie”, dont elle est le 3e client et 5e fournisseur et où opèrent 450 entreprises espagnoles.M. Yousfi a regretté néanmoins des relations “inférieures au potentialités” et “en deçà des attentes” des deux pays.
Rédaction AF

Coopération/L’Espagne presse l’Algérie d’ouvrir d’avantage son économie
Notez cet article