Le refus d’une algérienne, mariée à un français depuis 2010, de serrer la main au secrétaire général de la préfecture de l’Isère, lors de sa cérémonie « d’accueil de la nationalité française » qui a eu lieu en juin 2016, lui a coutée cher.

La naturalisation lui a carrément été refusée indique l’Agence France Presse. Ayant fait appel du décret du Premier ministre (signé en avril 2017), pour « excès de pouvoir », le Conseil d’Etat a rendu son verdict ce jeudi. Celui-ci a estimé qu’il y avait bel et bien un « défaut d’assimilation ». Cette algérienne avait évoqué, pur expliquer son comportement, des « convictions religieuses ».

Pour elle, il n’est pas question de toucher la main d’une personne autre que son mari. Le Conseil d’Etat a indiqué qu’ « un tel comportement, dans un lieu et à un moment symboliques, révélait un défaut d’assimilation ».

D’après le verdit rendu, « le Premier ministre n’a pas fait une inexacte application des dispositions de l’article 21-4 du Code civil » qui prévoit que « le gouvernement peut s’opposer (…) pour indignité ou défaut d’assimilation autre que linguistique à l’acquisition de la nationalité française par le conjoint étranger dans un délai de deux ans ».

Cette femme pourra rester néanmoins en France en tant que résidente étrangère.

Elyas Nour

France/Naturalisation rejetée pour une algérienne pour « refus de serrer la main »
4.9 (97.69%) 26 votes