Désert du Sahara, les montagnes du Hoggar, en Algérie.

Des députés des wilayas du Sud n’ont pas apprécié les propos tenus par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, qui avait déclaré clairement samedi dernier qu’il préférait sacrifier le développement du tourisme saharien pour éviter de saper tous les efforts consentis pour sécuriser cette région. Pour ces députés, le discours du Premier ministre « s’inscrit en porte à faux avec le programme du président de la République ».   

Selon les députés du MPA, TAJ, El Karama, El Mostakbal, Front national des libertés et enfin un député indépendant, «les affirmations du chef de l’exécutif relatif au risque que représente l’encouragement du tourisme dans le Sud contredisent le programme tracé par le Président de la République et la réalité du terrain».

«La sécurité est assurée au niveau des régions touristiques, grâce aux efforts des différents services de sécurité et des éléments de l’ANP», ont-t-ils souligné, réclamant l’ouverture des circuits ayant été «fermés» pour des raisons sécuritaires. À leur sens, cela contribuera à booster le tourisme saharien.

Il convient de rappeler que Premier ministre Ahmed Ouyahia a fustigé l’importance de promouvoir le tourisme saharien tout en mettant en avant les risques sécuritaires. «Dans le contexte actuel, le kidnapping d’un touriste étranger annihilerait le travail de vingt années de lutte contre le terrorisme», avait-il déclaré.

Elyas Nour

Il a marginalisé le tourisme saharien / Huit députés s’insurgent contre Ouyahia
Notez cet article