Le réseau social Facebook est dans la tourmente. Après avoir été sérieusement mis à mal aux Etats-Unis à cause notamment de l’utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, le réseau social est désormais incriminé en Europe. Les députés de l’Union européenne demandent des explications et exigent la présence personne de Mark Zuckerberg, le patron de l’entreprise.

« Tous les groupes politiques insistent sur l’absolue nécessité de votre présence personnelle, comme cela a été le cas devant le Congrès des Etats-Unis », a écrit Antonio Tajani, président du parlement européen, dans un courrier adressé à Mark Zuckerberg.  M. Tajani avait, dès le 20 mars et l’éclatement du scandale Cambridge   Analytica, du nom de la société qui a exploité à leur insu les données de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook, invité le PDG de Facebook à venir s’exprimer devant les représentants des 500 millions de ressortissants de l’UE aussitôt qu’il lui serait possible.

Mais Mark Zuckerberg, qui a témoigné pendant dix heures devant les élus américains la semaine dernière, a proposé que ce soit le vice-président chargé des affaires publiques du groupe californien, Joel Kaplan, qui se présente devant les eurodéputés. « Nous sommes convaincus que les millions d’Européens affectés par le scandale Cambridge Analytica méritent une explication complète et approfondie de la part du principal responsable de Facebook, exactement comme cela a été le   cas pour les citoyens américains », appuie Antonio Tajani, dans son courrier.

La semaine dernière, Mark Zuckerberg a été longuement entendu par le Congrès américain. Le patron de Facebook avait alors promis que son entreprise allait « changer » d’attitude et fera des efforts pour ne plus employer les données de ses utilisateurs.

En plus de l’Europe et des Etats-Unis, d’autres pays, à l’instar de la Russie, incriminent également facebook. Les Russes ont même menacé de fermer le réseau social.

Akli O.

Internet/Facebook dans la tourmente
Notez cet article