La crise qui secoue le secteur de la santé depuis maintenant plusieurs mois, avec la grève provoquée par le CAMRA (Collectif autonome des médecins résidents algériens), n’est pas proche de connaitre son épilogue. Selon les dernières informations parvenues des lieux des réunions des résidents à travers quelques CHU, la tendance va vers le rejet des propositions du ministère de la Santé.

Celles-ci, exprimées lors de la réunion qui a regroupé les deux parties il y a deux jours, consistent en «l’amendement du statut particulier du médecin résident, l’établissement d’une durée de 3 à 4 ans pour le service civil pour les villes universitaires du Nord du pays et de 1 à 2 ans pour les autres villes, y compris les villes universitaires du Sud, la disponibilité d’un logement individuel, équipé, adapté et décent comme préalable à toute affectation dans le cadre du service civil pour les wilaya du Sud et des Hauts plateaux et les villes situées dans un rayon de 100 km au plus du domicile du médecin concerné et l’instauration d’une prime mensuelle du service civil (dont le montant variera entre 20.000 DA et 60.000 DA en fonction de la zone et en  dehors des villes universitaires».

Concernant le service militaire, la tutelle a proposé que sa durée soit déduite de celle du service civil. Des propositions qui n’ont pas convaincus les représentants du Camra qui ont estimé majoritairement que, concrètement, beaucoup de ces mesures existent déjà dans les textes de loi en vigueur. Les médecins résidents s’en tiennent apparemment à l’annulation du caractère obligatoire du service civil et leur dispense du service militaire comme c’est le cas pour tous les autres algériens âgés de 30 ans et plus. La grève des «résidents» va donc se poursuivre.

Elyas Nour

Mouvements sociaux/Les médecins résidents vont poursuivre la grève
4 (80%) 16 votes