Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a tenu, hier, à démentir certaines informations véhiculées ces derniers jours selon lesquelles la prolifération de la rougeole est due à la présence des réfugiées africains en Algérie.

D’après lui, il n’y a aucun rapport entre les deux. Il dira même que «les réfugiés africains n’ont bénéficié d’aucun traitement spécifique dans le cadre de la lutte contre l’épidémie à l’exception des campagnes de vaccination menées dans les régions où ils se trouvent».

Le responsable de cette situation, par contre, ajoute le ministre, ce sont les parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants «âgés entre 11 et 18 mois, conformément au calendrier national de vaccination à cause des rumeurs remettant en cause la qualité du vaccin». Il a affirmé que le vaccin est sur.

Il faut noter que les campagnes de vaccination de l’été 2017 et janvier 2018 ont été un «échec» dans la mesure où le taux de vaccination n’avait pas atteint les seuils préconisés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à savoir 95%. Selon le ministère de la Santé, depuis le début de l’année, plus de 7000 cas ont été enregistrés, ayant causés le décès de dix enfants, notamment dans les wilayas du Sud du pays.

«Plus de 500 000 enfants ont été vaccinés ces vingt derniers jours», ajoute la tutelle. Les wilayas les plus touchées sont El Oued, Ouargla et Tamanrasset.

Elyas Nour

Pour Hasbellaoui, la prolifération de la rougeole est due aux parents qui ne vaccinent pas leurs enfants et non aux réfugiés
5 (100%) 6 votes