Le ministère de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, aurait accepté aujourd’hui d’accorder un statut particulier aux médecins résidents,  qui représente une de leurs principales revendications.

La réunion entre les deux parties a débuté dans la matinée. Une rencontre qui devait avoir lieu mercredi dernier mais qui a été reporté suite aux décès de deux médecins résidentes dans un appartement à Douera, comme indique dans un communiqué de la tutelle. En plus d’un statut particulier, les médecins résidents, en grève depuis quatre mois, revendiquent aussi l’annulation du caractère obligatoire du service civil, la dispense du service militaire comme pour toutes les autres catégories de la société et une meilleure formation pédagogique.

Il faut noter, par ailleurs, que les médecins résidents continuent de boycotter les examens du DEMS (Diplôme d’études médicales spécialisées). Aujourd’hui, c’était au tour des spécialistes en oncologie, dermatologie et gastrologie. Ces examens se poursuivront jusqu’au 12 avril.

Si une solution n’est pas trouvée dans les plus brefs délais, le secteur se dirige tous droit vers l’année blanche. Un problème de plus à gérer par les ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur. Il faut rappeler, en dernier lieu, que les médecins résidents sont environ 15 000 à l’échelle nationale.

Elyas Nour

Santé/Le ministre accorde un statut particulier aux médecins résidents
5 (100%) 1 vote