Le ministère de la Culture s’est prononcé finalement sur l’affaire du spectacle «annulé» de Dieudonné à Alger.

Ce département a tenu, de prime abord, à nier toute volonté d’interdire la production de l’artiste franco-camerounais en Algérie. Le problème réside, selon un communiqué du ministère de la Culture rendu public hier, dans le fait que Dieudonné M’bala M’bala a annoncé son spectacle «sans avoir respecté la procédure juridique en vigueur en Algérie puisqu’il n’a pas présenté sa demande par l’intermédiaire d’une agence de droit algérien et n’a pas loué de salle de spectacle».

Parmi les autres griefs cités également par ce département l’entame de l’opération de vente des billets sur Internet «au mépris de toutes les règles et procédures légales en vigueur en Algérie» et l’annonce de la mise à sa disponibilité de l’Opéra d’Alger alors que rien n’a été réglé à ce sujet. Le ministère indique qu’il était destinataire en date du 27 février d’un courrier de la part de l’ambassade d’Algérie à Paris (France) dans lequel la société de production de l’artiste sollicite les autorités algériennes pour la présentation d’un spectacle.

Ce qui a été rejeté par le département que dirige Azzedine Mihoubi pour les raisons citées plus haut (l’organisateur en Algérie doit être une entreprise de droit algérien). Il faut rappeler, en dernier lieu, que Dieudonné, artiste controversé en France, avait annoncé son passage à Alger le 25 mars pour la présentation son avant dernier spectacle «La guerre». L’humoriste n’a jamais précisé le lieu du spectacle sur son site.

«Le lieu exact de cette représentation vous sera communiqué par SMS et par e-mail au plus tard quelques heures avant le début de la représentation», avait-il indiqué. Finalement le spectacle n’a pas eu lieu.

Elyas Nour

théâtre/Le ministère de la Culture explique pourquoi Dieudonné n’a pas pu se produire en Algérie
1.1 (21.18%) 17 votes