Ces derniers temps, la joie de vivre envahit les trottoirs de la capitale qui vibrent à la douce mélodie des guitares, des instruments à percussion et autres. Les artistes de rue ornent chaque recoin et le chaâbi retentit attirant les mélomanes, les amoureux de ce genre musical ainsi que les curieux.

De loin, on entend de la  musique. Une musique sourde étouffée par des foules parfois très compactes qui entoure ces artistes. A l’intérieur du cercle, on dense, on fredonne. On vit, tout simplement.

Cette vidéo est un exemple parmi d’autre, de cette joie qui fait son retour sur les trottoirs d’une ville qui s’est presque livrée totalement, à une certaine froideur qui n’est pas la sienne. Muni d’une guitare, d’un micro et petit tabouret, l’artiste chante. De grands classiques sont repris et en passant, on ne peut être indifférent. Surtout quand il s’agit de l’un de ces morceaux mythiques d’Amar Ezzahi.

Des jeunes, des moins jeunes, des femmes et des enfants vivent l’instant. On peut même distinguer des youyous. On dense, on s’amuse et on fredonne tous ensemble, dans le respect et la tolérance. Voici l’Alger qu’on aime.

ezzine - Vidéo. Alger / Ces artistes de rue qui redonnent vie à la capitale

Vidéo. Alger / Ces artistes de rue qui redonnent vie à la capitale
Notez cet article