L’ancien ministre Boudjema Talaï est au centre d’un scandale financier aux répercussions néfastes sur la sécurité alimentaire du pays. Il s’agit d’un projet lancé en 2013 pour la construction de 39 silos à graines et céréales répartis à travers le territoire national.

L’objectif de ce projet est de garantir une capacité de stockage de six mois d’approvisionnement alors qu’elle n’est que de quelques jours actuellement. L’entreprise publique Batimetal, avait fait un joint-venture avec un partenaire français pour créer la Baticilo, qui a été chargée de construire 30 silos, sur un ensemble de 39, pour le compte de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), les neufs autres ayant été confiés à l’entreprise chinoise Gmes Sgonaz, pour un montant de plus de 22 milliards de dinars (2200 milliards de centimes).

Or, au moment des faits, c’est Boudjema Talaï, qui était PDG du groupe Batimetal, avant de devenir ministre des Transports, en 2015, puis ministres des Transports et des Travaux publics en 2016. Cinq années plus tard, le projet n’a pas vu le jour. D’après une enquête diligentée par le ministère de l’Agriculture, et dont le contenu a été révélé par Ennahar, le taux d’avancement de ces silos n’a pas dépassé les 5%. Certains, comme ceux d’Adrar, Bechar, Masra (Mostaganem), Oued Damous, Attaf, Oum Bouagui, Sidi Mansour et Tiaret, sont complètement à l’arrêt, et depuis plusieurs mois.

La Baticilo n’a jamais été inquiétée même du temps où les mises en demeurent fusaient quotidiennement notamment l’éphémère règne d’Abdelmadjid Tebboune.

Elyas Nour

Scandale / L’ancien ministre Boudjema Talaï éclaboussé par une affaire de détournement de fonds  
5 (100%) 3 votes