Ils sont pas moins de 82.929 détenus à s’inscrire en enseignement général ou en formation professionnelle (42.937 en enseignement et 39.992 en formation professionnelle) durant la saison 2017/2018, a indiqué Mokhtar Felioune, directeur général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Donnant des détails sur la nature des formations, le même responsable a fait savoir que «le nombre de détenus inscrits dans les classes de récitation du Coran s’est élevé à fin avril à 8281 inscrits», ce qui représente un taux de 10% environ sur le total. La direction de l’administration pénitentiaire organise d’ailleurs chaque année un «Concours national de récitation et de psalmodie du Coran». Il faut savoir, par ailleurs, que le nombre de détenus inscrits en enseignement ou formation professionnelle est assez élevé dans la mesure où la population carcérale est d’environ 90.000. En d’autres termes, la quasi-totalité des détenus poursuivent des études. Au-delà de la volonté de quelques uns d’entre eux d’acquérir sérieusement des connaissances ou un métier, beaucoup sont seulement mus par les avantages dont ils bénéficient en matière de réduction de peine. Généralement, lorsqu’un détenu obtient de bonnes notes (examens de fin de cycles ou diplômes), il voit sa peine réduite de quelques mois ou années. D’où l’intérêt de la majorité des prisonniers pour les études.

Elyas Nour

Milieu carceral / Plus de 82 000 prisonniers poursuivent des études
Notez cet article