Par F | octobre 1, 2012 2:57

« No brain, no gain. Stay in school » : Pas de cerveau, pas de gains. Restez à l’école.

Cette image met en scène le célèbre basketteur Michael Jordan, dans le but de passer un double message : au-delà de l’intention publicitaire, il y a celui de la notion de responsabilité des sportifs et des célébrités de manière générale.

Le souvenir de cette publicité qui date de 1990 nous mène à la question suivante : serait-elle envisageable en 2012 ? Si oui quel sportif pourrait incarner ce message ? Difficile de trouver, quel athlète pourrait promouvoir un tel message… Parce qu’ils sont trop peu en Algérie à véhiculer cette image. Au contraire, à regarder nos footballeurs, leur comportement, leur discours et leur performance nous sommes loins de l’excellence et de l’exemplarité.

Un petit voyage dans le temps s’impose…

1990

Michael Jordan avait été choisi par Coca-Cola, parce qu’il a toujours incarné l’athlète discret mais travailleur, loin des dérapages que certains sportifs nous offrent à chaque saison. Ce basketteur a suscité l’admiration, et s’en est servi pour transmettre la réalité : travailler apporte les clés de la réussite. Il ne s’agit pas que de chance et d’opportunité.

2012

Aujourd’hui Coca-Cola pourrait refaire la publicité et elle aurait sûrement du succès. Les sportifs font encore plus rêver les jeunes, surtout dans le milieu du football. La gloire, l’argent, une grande partie de leur vie se passe sur un terrain de jeu, l’autre devant les caméras. Ce sont des millions de jeunes garçons ou filles qui sont attentifs à leur discours, ils incarnent un réel modèle que les intellectuels n’ont pas su symboliser. Automatiquement, en tant que figure publique, ils héritent d’une certaine responsabilité, d’une influence avérée. La preuve, les sponsors s’arrachent les footballeurs : Zidane, Beckham, Cristiano Ronaldo… C’est un véritable pouvoir qu’ils ont, et pourtant trop peu l’utilisent pour enseigner aux jeunes générations l’importance de l’école, du travail et des valeurs universelles.

Imaginez-vous si chacun d’entre eux rappelait que l’éducation et le travail sont les passages obligés pour atteindre la réussite, peut-être influenceraient-ils des générations ou à minima une partie. Trop peu d’entre eux insistent sur son rôle primordial. C’est le passage obligé, même un sportif doit passer par cette étape : doit-on rappeler qu’aux Etats-Unis l’entrée à l’université des jeunes sportifs talentueux, se fait également par leurs résultats scolaires.

Et en Algérie ?

Dans notre pays qu’en est-il, que font les sportifs ? Nos footballeurs ne seraient-ils par les meilleurs porte-parole pour les nombreux Algériens dont l’avenir reste incertain ? En fait, même s’ils le voulaient, ils ne pourraient pas. Ils n’incarnent ni l’exemple, ni l’excellence, à voir leurs prouesses sur le terrain… À quand des sportifs dignes de représenter la nation et d’inspirer un peuple, notamment les plus jeunes.

Le manque de courage des marques en Algérie

Pourquoi les marques utilisent nos célébrités à d’autres fins et pas à la plus utile ? N’est-ce pas non plus leur responsabilité sociale dont il s’agit ? A quand un “no brain, no gain, stay in school” version algérienne ?

La rédaction


  • Derniers articles

  • Réagissez

    Connexion

    Email
    Print