Par F | décembre 8, 2012 10:06
Affiche de l'exposition "Je suis Innocent" © Centre Pompidou

Jusqu’au 7 janvier 2013, le Centre Pompidou expose une partie de l’œuvre de l’artiste algérien Adel Abdessemed. Ce plasticien emblématique lève le voile sur une société marquée par la guerre et la destruction.

Depuis son apparition sur la scène artistique autour des années 2000, Adel Abdessemed a tenté d’apporter des représentations visuelles explosives en réponse à la situation du monde contemporain. Avec les sentiments qui l’animent, il exploite à la fois le langage artistique et la vacuité de certains grands espaces pour combler le monde qui l’entoure de sa force et de son énergie.

A travers des carcasses de voitures moulées et cuites au four de Practice ZERO TOLERANCE (2006), les “quatre Christs de Decor” en fer barbelé et la vidéo “Also Sprach Allah” symbolisant une vision tragique du Pelele de Goya, l’artiste retranscrit à travers différents supports certaines représentations obscures de l’histoire.

“Rêves et traversées”
L’oeuvre d’Abdessemed peut s’analyser comme une traversée de l’histoire où les évènements marquants ont apporté l’essence de ses œuvres. Barques servant aux immigrations clandestines, carcasse de voiture et carlingues d’avions nouées renvoient à un voyage émotionnel et atemporel. A l’aide de procédés symétriques et dissymétrique, le regard du spectateur se heurte à la violence et à la destruction. Certaines œuvres renvoient au massacre de Guernica et à la peur de l’enfance.
Né en 1971 à Constantine, Adel a étudié les Beaux-Arts à Batna puis à Alger. En 1994, il est contraint à l’exil suite à la montée de la violence islamiste, il poursuit sa formation à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Lyon. En 2001, il participe à l’International Studio Program au PS1 Contemporary Art Center de New York.
A 41 ans, il incarne une figure complexe. Détesté par une partie de la critique qui dénonce un art tapageur mais aussi adulé pour son talent, il reçoit le soutient de l’homme d’affaires François Pinault ainsi que celui de la  Zwirner Gallery à New York. Adel est exposé dans de nombreux musées et centres d’art du monde entier comme le MAMCO de Genève, l’Art Institute de San Francisco ou encore la Parasol Unit Foundation for Contemporary Art à Londres.


  • Articles liés

  • Derniers articles

  • Réagissez

    Connexion

    Email
    Print