Par F | janvier 9, 2013 12:37
filles-liberees-298x300

Ils suscitent l’incompréhension, la révolte, le dégoût. Mais qui sont les ravisseurs d’enfants en Algérie ? Difficile d’en faire un portrait-robot précis, mais à travers les nombreux cas d’enlèvements en Algérie, on se rend compte que ce sont souvent les mêmes motivations qui les poussent à passer à l’acte.

Les enfants algériens se retrouvent souvent au coeur des pires crimes imaginables. Comment peut-on toucher à des enfants innocents ? Sonia Nairi et Amira Boudra, deux psychologues du réseau Nada sont quotidiennement confrontées aux pires cas de violences contre les enfants. Grâce au centre d’écoute installé par ce réseau de protection de l’enfance, elles écoutent et conseillent les victimes de ces fléaux. L’expérience leur a appris que ces actes sont accomplis à cause de nombreux facteurs, et motivations. Trafic d’organes, pédophilie,… sont les mobiles les plus fréquents des kidnappeurs, d’après les psychologues qui gèrent régulièrement ces cas.

 

Ce sont des personnes en difficulté, instables ou “malades psychologiquement” d’après Sonia Nairi et Amira Boudra. Ils travaillent en réseau, lorsqu’ils s’agit de trafic d’organes, et seuls, lorsqu’il s’agit de pédophilie. Ils ont tous les âges, jeunes ou âgés, le ravisseur ou le pédophile peut-être n’importe qui. Mais de manière générale ils évoluent dans un monde violent, certains s’alimentent d’images sexuelles développant une certaine frustration qui devient malsaine et les poussent au crime. D’autres ont eu un passé instable, et parfois ont, eux-mêmes, étaient victimes d’agression dans leur enfance.

 

 

Renforcer la vigilance des parents

Sonia Nairi, souligne également le problème de l’éducation. L’enfant algérien est trop indépendant, très vite il est autorisé à sortir seul malgré les dangers de l’extérieur. “L’éducation des parents parfois n’est pas assez solide. Par les temps qui courent il est indispensable de surveiller ses enfants, on ne peut pas laisser les enfants sortir seuls, traîner dehors”, estime-t-elle même si elle reconnaît la difficulté pour certaines familles nombreuses de gérer un ménage et l’éducation des enfants. C’est pourquoi les ravisseurs s’attaquent surtout aux enfants issus de de grandes familles, et de milieux populaires où la sécurité est affaiblie en raison d’un manque de postes de Police. Finalement, rares sont les cas où les kidnappings sont accomplis pour exiger des rançons.


  • Derniers articles

  • Réagissez

    Connexion

    Email
    Print