Par F | janvier 23, 2013 11:44
Vahid Halilodzic, l'entraîneur de l'équipe nationale algérienne / DR

Vahid Halilhodzic n’en revient toujours pas. Le coach national n’arrive toujours pas à digérer la défaite de la sélection nationale face à la Tunisie. Une défaite qui lui semble injuste et inattendue.  ”C’est une énorme déception pour moi et mes joueurs. Nous ne méritons pas cette défaite. Nous avons encaissé un but à la fin. C’est cruel mais c’est le football”, a-t-il ainsi confié dans une déclaration à l’APS.

Malchance,  malédiction, les mots manquent au coach Vahid pour qualifier et décrire cette défaite encaissée au premier match de la CAN. Une contre-performance qui risque de compromettre sérieusement les chances de la sélection nationale. Mais pour l’heure, Vahid Halilhodzic refuse de broyer du noir.  ”Nous avons dominé pratiquement toute la partie et on s’est créé plusieurs occasions de buts, Nous avons manqué de réussite. On a imposé un rythme que les tunisiens ont supporté difficilement, malheureusement la réussite a été de leur côté”, a-t-il faire savoir pour signifier que l’équipe algérienne n’a nullement été ridicule pendant toute la durée de ce match. Vahid Halilhodzic avait même prévu que le danger allait provenir du talentueux attaquant tunisien Msakni. “A la mi temps j’ai demandé à mes joueurs de faire très attention au numéro 7 (Msakni NDLR) qui est capable d’un exploit individuel et de le bloquer sur son pied droit. On a été naïf parce qu’on pouvait fauter avant qu’il n’arme son tir”, a-t-il encore confié.

Le coach des Verts n’a pas manqué d’épingler l’arbitre de la rencontre coupable, à ses yeux, d’avoir privé l’Algérie d’un penalty légitime.  “Je ne dis pas que l’arbitrage est la cause de notre défaite, mais s’il ny a pas pénalty sur Feghouli c’est que je ne connais rien au football, la faute était tellement évidente que l’arbitre aurait du siffler penalty et expulser le défenseur tunisien”, a-t-il déploré.  ”Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs qui ont tout donné. J’ai aligné à 15 minutes de la fin 4 attaquants ce qui prouve que je voulais gagner coûte que coûte ce match mais aussi parce que cette équipe tunisienne encaissait souvent en fin de match. Je n’ai pas réussi et c’est possible que je sois le responsable de cet échec car peut être qu’il fallait préserver le nul. C’est cruel”, relève enfin sur un ton désenchanté le sélectionneur bosniaque.


  • Derniers articles

  • Réagissez

  • Connexion

    Email
    Print