• Par F | mars 20, 2013 4:07
    femen amina

    Le mouvement féministe Femen aura dépassé les frontières et atteint le Maghreb grâce à Amina, ou encore Meriam, deux Tunisiennes qui ont déclenché la polémique en Tunisie en posant seins nus sur le web. Leurs photos suscitent admiration et indignation sur les réseaux sociaux.

    Amina. Ce prénom est sur toutes les lèvres depuis plusieurs jours en Tunisie. Cette jeune femme de 19 ans a posté une photo d’elle assise seins nus, sur le réseau social Facebook pour défendre la condition féminine en Tunisie. Sur son torse, la jeune femme a inscrit en arabe la phrase suivante :  «Mon corps m’appartient et il n’est l’honneur de personne». Son combat et cette photo étaient surtout le moyen pour Amina de s’associer au groupe féministe ukrainien Femen qui fait grand bruit dans le monde entier. Ces femmes luttent en manifestant ou en organisant des actions où elles font passer des messages militants en les inscrivant sur leur torse nu.

    “J’ai vu leurs (ndlr les Femen) photos sur Internet et leur combat m’a plu”, explique la jeune Amina dans une interview accordée à la chaîne Jadal. “C’est seulement un moyen de faire passer un message. C’est le seul moyen, il ne s’agissait pas de motivations sexuelles, mais seulement de diffuser un message militant, de défendre le droit des femmes” affirme la militante tunisienne.

    Quand les réseaux sociaux s’enflamment

    L’image de la lycéenne torse nu aura fait réagir sur les réseaux sociaux. Les commentaires positifs côtoient les plus négatifs, Amina a reçu des messages de soutien à son combat, et parfois des insultes voire des menaces de mort. Les remarques ont été diverses à l’image des avis en Tunisie.  Toujours est-il que hommes comme femmes, les Tunisiens ont commenté en masse sur la page fan de Femen Tunisia, et la photo a fait le tour du web dans le monde.

    L’initiative d’Amina a même fait des émules, puisqu’une nouvelle photo a fait son apparition ce mercredi sur la page tunisienne des Femen, celle de Meriam. Cette dernière a également posté une photo d’elle seins nus avec ce message : “Personne ne doit avoir le pouvoir de vie ou de mort sur nous. Je soutiens Amina et toutes les femmes arabes. Meriam de Tunisie.” Tout comme Amina, Meriam a suscité un grand nombre de commentaires.

     

    Critiques et indignation

    Dans la sphère privée et politique ces photos ont également déclenché la polémique. La famille d’Amina a vivement réagi après que la jeune fille ait posté sa photo. « Nous sommes une famille musulmane et nous ne pouvons pas accepter ces pratiques qui ont fortement touché non seulement notre image, mais aussi l’image de la femme tunisienne et de notre religion, l’islam. Notre fille est la victime d’un lavage de cerveau et d’une manipulation mentale. Il faut lutter contre ce fléau afin de sauver nos jeunes filles ! », a expliqué l’une de ses tantes dans une vidéo.

    Adel Almi, président de l’Association Centriste de Sensibilisation et de Réforme, a pour sa part été radical, estimant qu’ “Amina a voulu se distinguer et attirer l’attention en posant nue. Ce qui traduit que la jeune fille n’a plus rien à perdre et ne peut être consciente de la sacralité de la femme. Ces agissements doivent être réprimés pour éviter d’éventuelles catastrophes” ajoutant qu’”Amina doit être flagellée une centaine de fois sachant que, vu l’ampleur de son péché, la jeune fille mérite la lapidation à mort.”

    Critiques ou admiration, les deux jeunes femmes ont tenté une initiative osée et courageuse, permettant au moins de relancer le débat sur la place de la femme en Tunisie.



  • Articles liés

  • PUB

  • Derniers articles

  • Réagissez

    -->