Par F | avril 14, 2014 3:12
A la sortie du meeting pro-Bouteflika à la Coupole à Alger, le 13 avril 2014. Photo AF

Un jeune homme a été tué dimanche par des militants pro-Bouteflika, qui ont participé au dernier meeting de campagne en faveur du Président-candidat, dans la commune de Zéralda à Alger. Sous le choc, les habitants menacent de sortir dans la rue. Par mesure de sécurité, le bureau de soutien d’Abdelaziz Bouteflika sur les lieux a été fermé.

Fin de campagne endeuillée en Algérie. Akram Haddouche, 24 ans, a été poignardé dimanche après-midi par un groupe de jeunes, qui sortaient de la Coupole, où avait eu lieu le matin même le dernier meeting de campagne du Président Abdelaziz Bouteflika. Un meeting auquel n’a pas participé le chef de l’Etat, qui aura donc mené de bout en bout une campagne par procuration.

Selon des témoins oculaires, contactés par la rédaction d’Algérie-Focus, un bus transportant des partisans d’Abdelaziz Bouteflika, venus de l’ouest du pays,  qui sortaient du meeting à la Coupole, a bifurqué vers la commune de Zéralda. Agités et bruyants à la descente du bus, ces militants ont crié à tort et à travers, dans les rues de cette commune située à l’ouest d’Alger, des slogans favorables au 4è mandat, jusqu’à tenir des propos vulgaires, raconte un témoin de la scène à Algérie-Focus. Akram Haddouche est alors intervenu pour tenter de calmer ces jeunes, leur demandant de respecter le voisinage. Le ton est rapidement monté et l’un des passagers du bus a poignardé à plusieurs reprises Akram. Transporté à l’hôpital de Zéralda, Akram n’a pas survécu à ses blessures.

Le bureau local de soutien à Bouteflika fermé

Encore sous le choc, les habitants de la commune de Zéralda promettent de ne pas en rester là. Réunis sur les lieux du crime et autour de l’hôpital dimanche, ils se disent prêts à manifester à nouveau pour “réclamer justice et un procès équitable”. Selon nos confrères de Maghreb Emergent, l’auteur de ce meurtre a été identifié par les services de police. Pour éviter une escalade de la violence sur place et tout débordement, le bureau de soutien d’Abdelaziz Bouteflika de Zéralda a été fermé, indique une source locale.

Haute tension

Le drame de Zéralda entache une campagne électorale émaillée par plusieurs incidents. Le plus grave incident enregistré jusqu’à ce triste dimanche après-midi était l’incendie de la maison de la culture à Béjaïa, assiégée par des jeunes hostiles au 4è mandat, qui avaient ainsi empêché la tenue du meeting du directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, Abdelmalek Sellal. Dans un communiqué rendu public vendredi, la direction de campagne d’Abdelaziz Bouteflika avait accusé les équipes d’Ali Benflis d’être responsables de ces débordements. Ce que les intéressés avaient démenti.


  • Derniers articles

  • Réagissez

    Connexion

    Email
    Print