Sida Algérie MST

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a rendu publics, hier, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le Sida, des chiffres établis par l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) concernant le nombre de malades et porteurs du Sida en Algérie.

Ainsi, il est fait état de 9.606 cas, dont 1.632 malades et 7.974 séropositifs. Ces chiffres pourraient toutefois ne pas refléter la réalité du terrain, estiment des spécialistes, d’autant plus que de nombreux citoyens, potentiellement porteurs du virus, évitent d’aller vers un hôpital. «Malgré la faible prévalence constatée dans la population générale, l’épidémie du sida impose la poursuite du maintien de la vigilance et interdit tout relâchement du dispositif», indique par contre le communiqué du ministère, avant d’ajouter : «la célébration de cette journée s’inscrit dans la continuité du processus visant à zéro nouvelle infection, zéro décès et zéro discrimination».

Notons, par ailleurs, que de nombreuses personnes se sont plaintes du comportement de certains médecins et autres fonctionnaires du secteur de la santé jugé discriminatoire. Des femmes atteintes du Sida, sur le point d’accoucher, sont en effet rejetées de l’hôpital. Ceci sans compter les discours «moralisateurs» et récriminateurs que subissent ces malades.

Elyas Nour

Article précédentLutte antiterroriste/ Opérations de l’ANP réussies à Tizi-Ouzou
Article suivantSport/ L’athlétisme algérien entre ombre et lumière