SONY DSC

Comment voulez-vous ne pas être en rogne contre les personnes travaillant au niveau de l’administration du service public en Algérie et notamment des ministères ? Comment voulez-vous que l’Algérie avance et évolue, si certains employés, profitant de leur statut de salariés dans la fonction publique, prennent à la légère leur travail et désertent leurs postes ? Je ne raconte pas des histoires, mais une vérité que n’importe qui peut vérifier. Si vous essayez de joindre nos ministères dans le cadre professionnel, vous allez découvrir l’ampleur du drame.

Personne n’honore son poste, de la standardiste au chargé de communication. Si ces salariés étaient indisponibles lors de la pause-déjeuner, cela se comprendrait. Mais, la pause déjeunée n’est-elle pas limitée à une heure? Dans certains de nos ministères, comme je viens de le confirmer, ce break peut aller jusqu’à 15 heures. «Madame, notre responsable de communication est partie déjeuner. Je suis désolée, rappelez-là à 15 h. Elle sera peut-être au bureau», m’a ouvertement déclaré cette fonctionnaire du ministère des Travaux Publics.

Ni le ministère de la Communication, ni celui de la Culture ou les Affaires Religieuses, des Transports, du Commerce ne répondent. Vous allez me dire que tout le monde à un téléphone portable. Oui, d’accord. Cependant, quand on est une administration, et surtout un ministère, on se doit d’avoir un standard opérationnel et du personnel efficace et sérieux.

Ce n’est pas le cas de nos ministères pour la simple raison que de nombreux salariés ne prennent pas aux sérieux leur tâche et croyant travailler «chez eux» ou se considèrent d’ores et déjà comme des retraités.

Pour l’anecdote, je me suis rendue récemment chez TLS pour déposer mon dossier de visa. Les employés sont tous des Algériens et dans ce centre, les choses marchent de manière…tout à fait cohérente. Quand je suis arrivée au niveau du guichet, impressionnée par l’organisation, j’ai dit à l’agent qui m’a accueilli : «Wow, ça marche trop bien ici, j’étais 83ème et voilà mon tour arrivé en moins d’une heure ». L’agent, très sûr de lui, me répond : « Ici c’est la France madame, pas l’Algérie. On est Algériens certes, mais on dépend du gouvernement français. On est obligé d’être rigoureux, accueillants et sérieux pour préserver notre travail ». La réponse m’a consternée et c’est là que j’ai compris pourquoi l’Algérie est sous-développée et pourquoi la France est un pays développé.

Notre administration et nos ministères fonctionnent à l’image du pays. Leurs sites ne sont même pas actualisés et les numéros de téléphone affichés sont souvent inexacts. Vous pouvez aisément vous retrouver en contact avec une usine ou un domicile. C’est ce que je viens de découvrir en appelant le ministère du Tourisme. Je suis tombée sur une dame qui m’a affirmé être constamment harcelée chez elle, par téléphone, par des personnes qui cherchent à joindre le ministère en question. Jusqu’à quand continuerons-nous à exceller dans le bricolage et le je-m’en-foutisme ?

Un témoignage de Nourhane S. 

Article précédentMouvement social/ Les travailleurs de la SNVI investissent la rue
Article suivantTéléphonie/ Djezzy double le volume et la validité de ses forfaits Speed!