Bientôt, les marchés publics dans le domaine des travaux publics seront réservés exclusivement aux entreprises nationales. C’est ce qu’a affirmé le ministre des Travaux oublics, Abdelkader Ouali.

Le ministre a indiqué, dans des propos rapportés par l’APS, que «tous  les projets du secteur des Travaux publics seront soumis à l’avenir à des appels d’offres nationaux ouverts aux seules entreprises nationales afin d’encourager  l’investissement local en Algérie». Il a insisté également sur le renoncement à l’attribution des marchés  publics par la procédure du « gré à gré » au profit des appels d’offres nationaux  pour, a-t-il dit, encourager les entreprises nationales les plus qualifiées et proposant leurs services à moindre coût.

Par contre, «on aura exceptionnellement recours aux appels d’offres internationaux pour les projets qui exigent une maîtrise et des moyens qui ne sont pas disponibles localement», tempère Abdelkader Ouali.

Cette affirmation rejoint la récente instruction envoyée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal aux membres de son gouvernement. Le recours aux biens et services d’origine algérienne «s’avère une option  stratégique et un choix déterminant pour le développement de l’économie nationale», avait-il écrit en effet.

Jusqu’à l’année dernière, le secteur des Travaux publics a été celui qui offrait le plus de marchés publics. Des marchés attribués souvent et dans la plupart du temps aux entreprises étrangères, notamment chinoises. Mais la chute des prix du pétrole a poussé le gouvernement à reculer et à regarder d’un autre œil les entreprises nationales qui ne sont d’ailleurs pas nombreuses à travailler dans ce domaine.

Essaïd Wakli