station-naftal

Il est de notoriété publique que le trafic de carburant porte un préjudice énorme au pays. Le P-DG de la société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers (Naftal), Hocine Rizou, a donné aujourd’hui, lors de son passage au forum du quotidien «El Moudjahid» un chiffre sur les pertes qu’occasionne ce trafic. Il est question, indique-t-il, de pertes annuelles estimées à deux millions de tonnes. Ce qui se chiffre, bien évidemment, en plusieurs dizaines, voire des centaines de millions de dollars.

Pour y remédier, les mesures prises jusque-là semblent, ajoute-t-il, donner quelques résultats, mais restent insuffisantes. Principale mesure : le plafonnement de l’approvisionnement, instauré depuis 2013, au niveau des wilayas frontalières. Les quantités saisies démontrent, si l’on croit les rapports des différents services de sécurité, que la lutte contre les contrebandiers du carburant a produits des effets positifs. Néanmoins, estime le responsable de Naftal, il faudrait des mesures supplémentaires.

Selon lui, il serait «profitable» à l’entreprise qu’il dirige de s’implanter dans les pays voisins où atterrit la carburant vendu par sa même société. «Des gens transportent illégalement notre carburant vers les pays voisins. Il nous serait donc plus profitable d’être présents dans ces pays». A ce titre, dans le plan de développement de l’entreprise, il y a la possibilité d’ouvrir des stations-service au niveau des pays du Maghreb et du Sahel. Deux autres pays africains, en l’occurrence le Bénin et la Tanzanie ont déjà fait des propositions dans ce sens à Naftal.

Seulement, le carburant que vendra Naftal à l’étranger ne sera pas subventionné, comme c’est le cas pour le marché local. En d’autres termes, même si Naftal ouvre des stations-service hors de nosfrontières, la contrebande de carburant sera toujours «lucrative», vu les bas prix pratiqués en Algérie.

Elyas Nour 

Article précédentAXA Algérie : tous les indicateurs sont au vert
Article suivantDéveloppement/La différence entre le Vietnam et l’Algérie