50% des prisonniers Algériens ayant déjà purgés leur peine, ont reçu leur carte d’artisan et peuvent monter, dorénavant, leur propre entreprise, révèle Brahim Makdour, directeur central du ministère de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’Etat pour l’insertion professionnelle des prisonniers et la promotion de l’artisanat et des métiers.

Permettre aux prisonniers d’entamer une nouvelle vie après avoir purgé leur peine, tel est le credo de l’opération menée par le ministère de tutelle, en coordination avec le ministère de la Justice et qui a permis à plus de 23.000 pensionnaires des établissements pénitentiaires à travers le pays de bénéficier entre 2012 et 2015 d’une formation et d’une qualification leur permettant de monter leur propre entreprise d’artisanat. C’est ce qu’a indiqué, jeudi à Ouargla, Brahim Makdour, directeur central du ministère de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat. Intervenant en marge d’une journée d’étude sur « L’artisanat et son rôle dans le développement local », ce responsable a souligné que plus de 50 % des pensionnaires, ayant purgé leur peine, ont reçu leur carte d’artisan qui leur permet de monter leur propre entreprise. Ces prisonniers seront accompagnés et appuyés par le fonds national de soutien de l’artisanat traditionnel.

Soulignant que «des artisans, immatriculés aux chambres de l’Artisanat à travers le pays, se sont vu déjà confier des opérations dans de nombreux projets d’édifices et d’installations publics », Brahim Makdour a affirmé que ces derniers pourront largement contribuer à booster le secteur de l’artisanat en Algérie.

Il est à signaler, enfin, que la journée d’étude sur « L’artisanat et son rôle dans le développement local » avait également pour rôle d’informer les artisans et les intervenants dans le secteur sur les mesures incitatives et d’encouragement accordées par l’Etat pour promouvoir la production et améliorer sa qualité, et à aplanir les contraintes rencontrées par les artisans.

Nourhane S. 

Article précédentAlger-Paris/Des billets d’avion à 185 euros (22 500 DA) jusqu’au 5 janvier prochain
Article suivantMontréal. Scandale sexuel à Air Algérie /La justice canadienne se montre clémente