Les produits pyrotechniques utilisés souvent excessivement lors de la célébration du «Mawlid» provoquent dans bien des cas, des accidents assez dramatiques. Ceci dit, peu de jeunes algériens le savent, les «pétards» sont quelques fois sources de problèmes de santé beaucoup plus graves encore.

Selon le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), « le carbone noir associé à des composés organiques volatils, tels que le carbone-suie (ou carbone noir), de l’ozone, du méthane, entre autre, sont connus pour leurs effets néfastes sur la santé humaine, provoquant, entre autres, des inflammations, des maladies respiratoires et le cancer des  poumons », explique à l’APS, le directeur de ce centre, Noureddine Yassaa. Celui-ci ajoute que « lors des opérations effectuées pour mesurer les taux de carbone-suie (ou carbone noir), de l’ozone, du méthane et d’autres composés organiques volatils au niveau de l’observatoire atmosphérique du CDER de Bouzaréah (Alger), il  est constaté des concentrations anormalement élevées, dépassant les normes,  lors de la fête du Mawlid Ennabaoui ou dans d’autres occasions comme les  matchs de football ».

En d’autres termes, « les produits pyrotechniques provoquent non seulement des risques de santé publique mais ils rendent l’air que nous respirons très toxique ». Ce qui veut dire qu’en plus des risques de brûlures, ou d’amputations, par exemple, l’utilisation des produits pyrotechniques s’avère encore plus dangereuse qu’on le pense.

Elyas Nour