Le secrétaire fédéral du FFS à Tizi Ouzou, Farid Bouaziz, a pris la parole, mercredi, lors de la veillée funèbre organisée au siège fédéral du FFS dans la même ville, pour expliquer les raisons qui ont poussé la famille du défunt à refuser les funérailles officielles proposées par le gouvernement.  

 «La proposition de rapatrier la dépouille de Hocine Aït Ahmed dans l’avion présidentiel ou par un avion militaire, tout comme celle de l’enterrer au cimetière El Alia ou celle de son enterrement en présence de la Garde républicaine ont été refusés. Pourquoi ?», s’est interrogé Farid Bouaziz avant de donner quelques éléments de réponses.

 Farid Bouaziz a affirmé que Hocine Aït Ahmed avait exprimé de son vivant le vœu d’être inhumé dans la plus grande simplicité. Djamila Aït Ahmed, sa veuve, a, selon le secrétaire fédéral du FFS, insisté pour que les dernières volontés du défunt soient respectées. «Il voulait des funérailles simples, simples, simples… Exactement à l’image de l’homme», a-t-elle affirmé à cet effet.

 S’exprimant, mercredi, devant une foule importante, M. Bouaziz a évoqué les qualités exceptionnelles d’Aït Ahmed : «L’homme incarne l’honnêteté, la sagesse, l’engagement et la résistance», des qualités vertueuses que le pouvoir semble vouloir exploiter. L’intervenant dit avoir compris les motivations du pouvoir qui a prévu des funérailles grandioses pour se laver la conscience. «Ils veulent réparer l’irréparable».

 Par ailleurs, dans un communiqué rendu public, le FFS a annoncé que le transport de Tizi Ouzou vers Aït Yahia est assuré par la fédération du FFS à partir de la Maison de l’artisanat de la ville de Tizi Ouzou, dès 7 heures du matin, vendredi.

Massi M.

Article précédentLoi de finances 2016/ Bouteflika sourd aux réserves de la société
Article suivantVidéo. Hommage à Lausanne/ Bouchra Aït Ahmed donnant lecture à un poème écrit par son père en prison