Bochra Aït rappelant, au cours de la cérémonie de Lausanne, l’homme que fut son père à travers un poème qu’il avait écrit en prison et intitulé «Les Maquisards».