Ralentissement de l’économie mondiale en 2016/ L’Algérie affectée

0
Advertisement

Le FMI annonce un ralentissement de la croissance dans le monde en 2016 et l’Algérie sera affectée.

L’année 2016 commence avec de sombres prévisions. Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a dévoilé, ce dimanche, au journal allemand Handelsblatt, les prévisions de l’organisme quelle dirige pour 2016 : «Des taux en hausse et un dollar plus fort pourraient conduire à des défauts de paiement de la part d’entreprises, et se propager dangereusement aux banques et aux Etats», a-t-elle affirmé.

Le FMI prévoit une croissance mondiale «décevante et inégale» en 2016 : «Les perspectives de moyen terme se sont assombries aussi, parce que la faible productivité, la population vieillissante et les suites de la crise financière mondiale freinent la croissance».

A ce tableau, augurant une année difficile, viennent s’ajouter les effets de la chute des cours des matières premières, le ralentissement de la croissance chinoise ou encore les effets négatifs de la remontée des taux d’intérêt américains sur les économies émergentes endettées en dollars.

Ce ralentissement a pesé de ses effets sur la croissance des économies à travers le monde. Ainsi, malgré son manque d’intégration dans l’économie mondiale l’Algérie est frappée de plein fouet par les effets indirects de cette crise économique mondiale qui perdure. Ce ralentissement économique qui marquera l’année 2016, pèsera lourdement sur la situation économique du pays qui soufre déjà des affres de la chute vertigineuse des cours du pétrole provoquée par une abondance de la production mondiale. En plus de faire face à un marché inondé, notre pays devra affronter une demande en pétrole de plus en plus déclinante causée par une stagnation de l’activité économique mondiale répercutée par une baisse de la croissance économique.

Massinissa Mansour

,

Article précédentDes dirigeants qui ont peur de leur peuple peuvent-ils développer leur pays ?
Article suivantSombres perspectives pour l’économie nationale/ Fort déficit de la balance commerciale et recul des réserves financières