Constat alarmant: «Les ménages algériens consomment dix fois plus d’électricité que dans les pays développés et deux fois plus que la moyenne des pays maghrébins», selon un responsable de l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE).

« En moyenne, un foyer algérien consomme entre 1.800 à 2.000 kilowatts-heure/an alors que la norme est de 200 à 250 kilowatts-heure/an. Il consomme aussi le double de la consommation d’un foyer d’autres pays du Maghreb », indique-t-il par ailleurs.

L’APRUE met à l’index un mode de vie impliquant une surconsommation d’électricité engendrée par l’utilisation d’équipements énergivores. Les climatiseurs, les aspirateurs, les réfrigérateurs et tous les autres appareils électriques sont loin d’être conformes aux exigences environnementales en la matière. Ces produits, dont les prix attrayants séduisent les consommateurs algériens, sont en définitive une mauvaise affaire tant les frais qu’ils génèrent les rendent excessivement chers à long terme.

Pour remédier à ce problème, cette agence a opté pour le système de «catégories», à l’instar de ce qui se fait dans les pays développés et ce, en classifiant les produits de « A » à « G ». Ceux placés dans la catégorie « A » sont ceux qui consomme le moins d’énergie, avec une courbe ascendante vers la catégorie « G ».

Massi M.

Article précédentProjet de révision constitutionnelle/ Les « cerveaux » algériens de l’étranger réclament l’abrogation de l’article 51
Article suivantFootball / Frasque nocturne de Djamel Mesbah