En marge de l’ouverture de la session de printemps du Parlement, ce matin, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé le lancement d’un grand emprunt national en avril prochain.

Le Premier ministre, qui a voulu se démarquer du débat actuel sur le recours à l’endettement extérieur, a précisé que la priorité des autorités algériennes était, aujourd’hui, de recourir à l’épargne nationale. Abdelmalek Sellal  a donné quelques indications supplémentaires sur cet emprunt en précisant qu’il serait assorti d’«un taux d’intérêt très élevé de 5%».

Un «grand emprunt national» pour quoi faire ?

L’idée d’un «grand emprunt national» faisait son chemin en Algérie, depuis déjà plusieurs mois. Ainsi que le suggérait récemment un expert algérien, en s’inspirant du succès récent du doublement du canal de Suez, il devrait être associé, pour emporter l’adhésion des  épargnants algériens, à des projets d’infrastructures précis comme, par exemple, au  grand port dont la construction est envisagée au centre du pays. Mais on sait qu’aux dernières nouvelles, le financement de ce dernier a déjà trouvé preneur grâce à «nos amis chinois». A quoi servira donc le grand emprunt annoncé aujourd’hui par M.Sellal ?

Hassan Haddouche