La compagnie nationale Sonatrach compte augmenter le volume de ses exportations en gaz naturel et en pétrole afin de soutenir l’économie nationale qui souffre d’un recul de plus de 50% de ses revenus pétroliers. Pour ce faire, la Sonatrach a besoin d’investir 3,2 milliards de dollars pour étendre son réseau d’acheminement.

C’est le vice-président Transports par canalisation (TRC) Arbi Bey Slimane qui a révélé cette information à Reuters. Ce même responsable a indiqué que Sonatrach  investira 3,2 milliards de dollars US sur quatre ans pour augmenter la capacité de ses pipelines qui acheminent le gaz naturel provenant des anciens et nouveaux gisements en direction de l’Europe.

Le PDG de Sonatrach, Amin Mazouzi, a, par ailleurs, promis une « augmentation notable de la production » en 2016. L’Algérie cherche selon ses propos,  à « mettre fin à plus d’une décennie de stagnation de la production d’énergie ».  L’Algérie compte également profiter du désaccord actuel entre la Russie et L’Union européenne qui cherche des nouveaux fournisseurs. Des négociations sont menées actuellement avec l’Algérie selon les dires  de M. Slimane.

Pour honorer ses engagements futurs dans le cadre de cette logique d’augmentation de la production, le vice-président (TRC) révèle que Sonatrach construira «1.650 km de canalisations, et six stations de pompage en 2020. L’objectif de la société est de transporter la production des nouveaux gisements situés dans le Sud – Est et au Sud –Ouest ».