Meeting des partis de l’allégeance le 30 mars/ La peur de l’opposition comme stimulus

0
Advertisement

Malgré une déclaration officielle du ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, affirmant avoir autorisé le congrès de l’opposition baptisé Mazafran II, les partis du sérail multiplient les manœuvres sournoises pour discréditer cette réunion.  

Le regroupement de l’opposition dans une sorte de large front semble inquiéter les partis du pouvoir et les formations politiques qui gravitent autour de lui. La décision inopinée d’organiser un rassemblement parallèle susciter le sourire, sachant pertinemment que le FLN de Amar Saadani et le parti TAJ de Ammar Ghoul n’ont aucunement prévu d’organiser une manifestation de soutien au programme du président avant la fixation de la date du 30 mars comme date de tenue du congrès de l’opposition.

Il semblerait que l’action inscrite inopinément dans l’agenda de l’ancien parti unique tient plus à de l’opération de sabotage politique que d’autre chose. Se livrant à d’interminables discours sur un pseudo caractère félon de l’opposition, Amar Saadani inquiète l’opinion publique. Ce dernier semble de plus en plus endosser l’habit du fusible, une sorte de soldat qui peut être sacrifié quand besoin est.

Le SG du FLN était le premier à s’attaquer à l’ex-chef du DRS, le général Toufik et il est le premier également à avoir demandé la réhabilitation de l’ex-ministre de l’Énergie, Chakib Khalil. Sa position actuelle pousse les observateurs à s’interroger sur le sens de son acharnement depuis quelque temps sur l’opposition.

Le rassemblement annoncé par Amar Saadani pour le 30 mars, qui verra également la participation du parti TAJ et de formations microscopiques fondés par d’anciens FLNistes, a, selon toute vraisemblance, pour unique but de distraire, détourner les regards et attirer l’attention des médias pour que l’événement organisé par l’opposition passe inaperçu.

Devant leur échec consommé dans tous les domaines, les partis du sérail se livrent à des coups bas de peur de voir l’opposition se fédérer réellement et présenter une authentique alternative au régime en place.

Massi M.    

Article précédentDécryptage/ Le commerce extérieur menacé par « le bricolage » de la Banque d’Algérie
Article suivantProcès bidonné et citoyens injustement condamnés/ La justice fait son mea-culpa