White House Press Secretary Jay Carney gestures while speaking during his daily news briefing at the White House in Washington, Wednesday, June, 5, 2013. Carney said he hasn't discussed with President Obama the first lady's confronting of a heckler Tuesday, but Carney gave her rave reviews for the way she handled the situation."It's my personal opinion that she handled it brilliantly," he told reporters at a press briefing Wednesday. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

Le Maroc semble avoir relancé de plus belle sa machine diplomatique en quête de soutien auprès des grandes puissances. Après l’appui de la France, le Maroc se voit renforcé par celui des États-Unis qui a réitéré, encore une fois, son attachement au plan marocain de large autonomie pour les territoires sahraouis.

Il faut dire que le royaume chérifien est passé, ces derniers jours, par une forte zone de turbulences. Les déclarations du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, ont retenti comme un désaveu cinglant à la politique du gouvernement marocain.

En parallèle à l’effort considérable déployé par les médias marocains pour minimiser les déclarations du SG de l’ONU, la diplomatie marocaine a, elle, réussi à arracher l’appui de ses alliés traditionnels, notamment celui des Etats-Unis.

Plus qu’une garantie d’appui, le soutien des USA est perçu comme une victoire par les autorités marocaines qui étaient sans doute heureuses d’entendre le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, dire que le gouvernement américain «considère le plan d’autonomie comme réaliste, crédible et digne de foi et présente une approche potentielle qui peut satisfaire les aspirations des habitants du Sahara à diriger leurs propres affaires dans la paix et la dignité ».

https://www.youtube.com/watch?v=YL0vpnK_wHI

Massi Mansour

 

Article précédentAbsentéisme dans les classes de terminale/ Benghabrit brandit la menace de la radiation
Article suivantGrève des contrôleurs aériens français/ Air Algérie réduit ses vols de 20 % vers cinq aéroports