Après moult tentatives pour se faire entendre par la tutelle, les enseignants contractuels et vacataires durcissent le ton et décident d’organiser, à partir d’aujourd’hui, diverses actions pour sensibiliser l’opinion et surtout exercer des pressions sur la tutelle pour obtenir leur intégration. Au menu de ces actions de protestation, une marche nationale de Béjaïa vers Alger et une grève de la faim.

Le mouvement, incarné par le Comité des enseignants contractuels et vacataires, se radicalise. Cette marche de la dignité a pour but d’exiger l’intégration, sans concours et sans condition, de tous les enseignants contractuels et vacataires dans le secteur de l’Education nationale» revendique le communiqué du comité.

C’est à la suite de la tenue de la réunion du Comité des enseignants contractuels et vacataires, jeudi, qu’il a été convenu que cette marche, qui représente l’ultime recours contre l’immobilisme de la tutelle, sera pacifique. «Elle partira de Béjaïa à destination d’Alger. La centaine de personnes tabassées à Alger vont nous rejoindre», affirme un participant au mouvement. «En plus de la marche, nous allons organiser une grève de la faim», indique, par ailleurs, M. Hamici, chargé de la communication du Comité des contractuels.

Le comité a également dénoncé «la répression des services de l’ordre à l’encontre des enseignants contractuels et vacataires qui tentaient de tenir un rassemblement pacifique aussi bien devant la Présidence de la République que devant l’annexe de la tutelle».

Le communiqué en question va plus loin en dénonçant «la volonté du pouvoir de maintenir la politique de précarisation de l’emploi». «Cet état de fait est le résultat d’une politique d’emploi défaillante qui est incapable d’affronter le taux de chômage extravagant dont souffre une grande partie des jeunes Algériens», ajout-t-il.

«Au lieu de régler le problème de l’intégration des enseignants contractuels et vacataires et éviter le pourrissement de la situation, les autorités ont répondu par la force afin d’étouffer leur mouvement de protestation pacifique et légitime», lit-on dans le même communiqué, avant qu’un appel soit lancé en direction des pouvoirs publics concernant la recrudescence de la répression, des poursuites judiciaires ainsi que l’atteinte à la liberté d’expression à l’encontre de militants des droits de l’Homme pendant les différents rassemblements.

Le comité des enseignants contractuels et vacataires appelle tous ses militants et enseignants à rejoindre la marche nationale et leur demande de rester vigilants et mobilisés en vue d’arracher l’intégration dans le secteur de l’éducation.

Massi M.