L’Algérie a obtenu gain de cause dans 55% des plaintes déposées auprès des autorités espagnoles pour brouillage radiophonique. C’est ce qu’a indiqué, aujourd’hui, le ministre de la Communication, Hamid Grine, qui a également révélé que le nombre de plaintes s’élève à 70.

Celui-ci a également déclaré qu’en raison de ces plaintes, «17 radios espagnoles ont été éteintes». Il faut noter, à ce titre, que dans certaines régions du pays, notamment durant l’été, des Algériens se retrouvent dans l’impossibilité de capter une radio nationale, «brouillé» ou «parasité» par une radio espagnol.

Pendant des années, il se disait que la vétusté des équipements de la radio nationale était à l’origine du problème. Finalement, d’après les responsables algériens de la télé et radiodiffusion, il s’agit d’une question de fréquence. Certaines radios espagnoles ne respectent pas la fréquence qui leur est attribué, augmentant sa capacité, empiétant par conséquent sur le territoire des voisins.

Des citoyens de l’Ouest du pays ont relevé que des radios marocaines agissaient de la même manière. A cet effet, le ministre s’est engagé à ce que d’ici la fin de l’année, toutes les «zones d’ombres», c’est-à-dire les régions ou localités où les radios nationales se font brouillées, seront éliminées.

Elyas Nour

Article précédentScandale Panama Papers/L’argent du pétrole algérien coule à flots dans les paradis fiscaux
Article suivantAutomobile/ 52% des véhicules importés immatriculés durant la même période