Le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a réagi, lors d’une allocution prononcée, ce matin, à l’occasion de la tenue du pré-congrès du Centre de son parti, au tollé médiatique qui a accompagné la publication par le Premier ministre français, Manuel Valls, sur son compte Twitter, d’une photo mettant en scène un Bouteflika amoindri et totalement absent. Ahmed Ouyahia, en maître incontestable de la langue de bois, a, à l’instar de l’UGTA et du FCE, convoqué pour ce faire la main étrangère et les « traîtres » locaux.   

Le SG du RND a qualifié l’attitude de Manuel Valls de «méprisable» d’autant plus que cette dernière a été récupérée par «des parties algériennes», en allusion aux partis d’opposition et aux médias, qui ont, selon ses propos, profité de l’émotion suscitée par cette photo pour «relancer le débat» sur l’application de l’article 122 de la constitution sur l’incapacité du président à assumer sa mission.

Ouyahia a, comme de coutume, développé sa théorie de la main étrangère. Cette fois-ci, l’auteur de la machination est nommément désigné, c’est la France qui n’a pu «digérer l’indépendante de l’Algérie». Ouyahia a également rappelé que le président Bouteflika a été «élu» et qu’il ira jusqu’au bout de son mandat.

Les déclarations du SG du RND s’inscrivent dans le cadre de ses manœuvres pour se maintenir en place et de survivre aux multiples coups qui lui ont été assénés, ces derniers temps, à l’intérieur de son part et surtout,par Amar Saâdani.

Massi M.