El-Hadi Ould Ali oublie visiblement qu’il est ministre de la Jeunesse et des Sports. A l’occasion de la célébration du Printemps berbère, il s’est déplacé à Tizi-Ouzou pour clamer que «les manifestations» pour la revendication amazighe «n’ont plus raison d’avoir lieu». Il argumente sa position par le fait que «l’Etat a pris en charge» la revendication amazighe dans «sa globalité». Pour l’ancien président du Mouvement culturel berbère (MCB), ceux qui ont appelé à la manifestation veulent plutôt «la partition» du pays.

L’homme désigne le MAK, mais il oublie que dans le lot des parties qui ont appelé à la la manifestation, se trouve le RCD, un parti agréé par les autorités algériennes.

Plus grave encore, le ministre, qui s’est exprimé sur les ondes de la radio Tizi-Ouzou, estime que ces manifestations, pourtant habituelles dans la région à chaque 20 avril, sont «un complot» contre l’Algérie. Ce complot vient, selon lui, en «représailles»aux positions du pays sur les questions du Sahara Occidental et de la Palestine.

Ces déclarations du ministre de la jeunesse et des Sports sont d’autant plus étonnantes que l’homme s’est montré discret depuis sa nomination au gouvernement, il y a huit mois de cela. Elles font suite aux attaques en règle lancées contre le mouvement indépendantiste ces derniers temps par les membres du gouvernement.

Essaïd Wakli

Article précédentDémographie/La population algérienne a dépassé officiellement les 40 millions d’habitants
Article suivantDémographie/ 40,4 millions d’Algériens au 1er janvier 2016