Déficit commercial record du 1er trimestre/Une année 2016 périlleuse pour les finances de l’Algérie

0
Advertisement

L’année 2016 pourrait bien être l’année de tous les déficits pour les comptes extérieurs de l’Algérie  

Le déficit commercial de l’Algérie a atteint le niveau record de  5,6 milliards de dollars  au premier trimestre de l’année 2016, contre un déficit de 3,4 milliards de dollars durant la même période en 2015. A l’origine  de ce creusement du déficit du commerce extérieur  on trouve des exportations qui ont reculé de près de 40% à 5,9 milliards de dollars durant les trois premiers mois de 2016 contre 9,8 milliards au premier trimestre  2015. Des prix pétroliers particulièrement bas au cours des 3 premiers de l’année sont la principale explication de ce déficit record. Le taux de couverture des importations par les exportations a été de 51% durant le premier trimestre de l’année 2016 contre 74% à la même période de 2015.

Les importations poursuivent  leur repli

Seule bonne nouvelle dans ce tableau assez sombre , les importations continuent de diminuer .Déjà en recul de près de 12 % en 2015, elles enregistrent une nouvelle chute de 13% au premier trimestre 2016 à 11,5 milliards de dollars. En tendance annuelle les importations algériennes sont donc désormais sur une pente qui devraient les mener à un chiffre proche de 45 milliards de dollars pour l’ensemble de l’année 2016. La réduction en 2 ans serait donc très sensible puisque les importations avaient frôler la barre des 60 milliards de dollars en 2014 avant de revenir à un peu moins de 52 milliards de dollars l’année dernière. Les autorités algériennes y verront certainement le résultat et la confirmation de l’efficacité de la politique de contingentement des importations mise en œuvre depuis l’année dernière.

 

Des exportations à un niveau historiquement bas

Ces premiers résultats annuels confirment que  l’année 2016 devrait  surtout être caractérisée  par une nouvelle et forte  baisse des revenus issus des exportations d’hydrocarbures. C’est à un niveau historiquement bas des recettes d’exportation qu’on risque d’assister cette année. Après avoir  atteint des sommets  proches de 80 milliards de dollars au cours de la décennie écoulée les revenus pétroliers sont en chute libre depuis l’été 2014.

 Selon les prévisions de la loi de finance pour 2016,  les exportations  devraient  s’établir à 26,4 milliards de dollars en 2016. Des prévisions qui semblent  en ligne avec les résultats du premier trimestre mais qui supposent  néanmoins un relèvement des prix pétroliers au cours des prochains mois .On peut rappeler que le scénario macroéconomique retenu par la LF2016 repose sur un prix moyen du baril de l’ordre de 45 dollars qui semble aujourd’hui une hypothèse encore vraisemblable mais nullement garantie. La moyenne des prix pétroliers au premier trimestre 2016 n’a pas dépassé 30 dollars.

Vers un déficit commercial de plus de 20 milliards de dollars en 2016

Avec des importations en baisse, mais qui devraient être  encore proche de 45 milliards de dollars cette année, c’est un déficit commercial record, certainement supérieur à 20 milliards de dollars, qui est prévisible  pour 2016. Compte tenu des déficits supplémentaires enregistrés par nos échanges de services et des mouvements de capitaux, le déficit de la balance des paiements devrait atteindre le niveau sans précédent  de 30 milliards de dollars en 2016.

Des réserves de change  de nouveau en baisse sensible

La principale conséquence de ce déficit sera une nouvelle et  une forte réduction des réserves de change du pays .Déjà en diminution de 35 milliards de dollars en 2015, les réserves de change  risquent  de passer de 143  milliards de dollars fin  2015 à  environ 113  milliards à fin 2016, un niveau sensiblement inférieur aux 121 milliards de dollars prévus voici encore quelques mois par la loi de finance pour l’année en cours .

Hassan Haddouche

Article précédentImages humiliantes de Bouteflika/Faut-il réellement jeter la pierre à Manuel Valls ?
Article suivantPlus de 100 000 comprimés de psychotropes saisis à Oran/Qui inonde l’Algérie de psychotropes ?