Le ministère des Transports apporte, par manque d’imagination, des réponses faibles à l’épineux problème de la sécurité routière. Il a ainsi décidé d’augmenter la valeur des amendes concernant les infractions au Code de la route. Le conducteur aura dorénavant le choix entre se faire retirer le permis ou payer une amende majorée.   

Les conducteurs auteurs d’infractions au Code de la route verront leurs amendes majorées de 2 000 DA concernant les cas de circulation sur la bande d’arrêt d’urgence, l’utilisation du téléphone portable au volant ou encore la circulation sans ceinture de sécurité. Au lieu des 4 000 DA pour l’utilisation du téléphone, les conducteurs devront à l’avenir s’acquitter de 6 000 DA qui peuvent être doublés si le souhait de garder le permis de conduire est formulé. On payera à l’avenir 4 000 DA au lieu de 2 000 DA pour conduite sans port de ceinture de sécurité, et 6 000 DA au lieu de 4 000 DA pour les cas excès de vitesse.

Ce projet qui va bientôt atterrir sur le bureau du Premier ministre est pour le moment largement contesté par les associations de sécurité routière et autres organisations de défense des droits des consommateurs qui dénoncent un projet contre-productif, ayant des velléités autres que la sécurité des usagers de la route. Ces associations s’interrogent sur l’efficacité de ces nouvelles mesures. «Les responsables politiques et autres personnalités et acteurs publics et privés sont-ils vraiment concernés par ce genre de mesures?», s’interrogent-ils, précisant que la valeur des amendes pratiquée actuellement représente dans quelques cas 10% à 20% du revenu mensuel de la majorité des conducteurs.

Il faut croire le but réel de ce genre de mesures est encore une fois de «gratter la marmite» afin de renflouer, par tous les moyens, un Trésor public criant famine.

M.M.

Article précédentMédias/ Hamide Grine garde le cap du musellement de la presse
Article suivantMédéa / Un gendarme tué et un autre blessé par balles à l’intérieur de leur brigade