En visite à Oum El Bouaghi, Abdelmalek Sellal a tenté de jouer les arbitres. Dans une déclaration, le premier ministre a «demandé aux journalistes de s’abstenir de calomnier ou injurier». Il appelle les hommes et femmes des médias à «respecter les institutions de l’Etat». Une manière pour lui de s’exprimer sur les polémiques déclenchées ces derniers temps, notamment après la mise aux arrêts du journaliste Mohamed Tamalt qui s’est surtout attaqué à la famille du premier ministre et d’autres responsables.

Sur le plan économique, le premier ministre a assuré qu’il n’y aura pas de loi de Finances complémentaire. «Je réaffirme que dans toutes les situations, la politique de l’Etat ne sera pas orientée vers l’austérité, mais il y aura plutôt une diminution des dépenses, notamment celles qui concernent le fonctionnement et l’équipement», a-t-il indiqué.

Le premier ministre est tellement «sûr de lui» qu’il affirme que les fonds récoltés dans le cadre du grand emprunt obligataire «ont dépassé les attentes». «Lorsque nous avions sollicité l’aide de nos concitoyens à travers l’emprunt obligataire, nous nous sommes fixés un seuil de 400 milliards de dinars, mais à l’heure où je vous parle, nous avons atteint le montant de 461,72 milliards DA», a déclaré le premier ministre.

Contrairement aux prévisions des économistes, Abdelmalek Sellal ne prévoit pas l’épuisement des réserves de change. Il a affirmé que «les réserves de change en Algérie vont s’établir autour de 116 milliards de dollars en 2016 et ne baisseront pas en dessous de 100 milliards de dollars quelles qu’en soient les circonstances».

E Wakli

Article précédentGhardaïa/ Salah Debouz et six militants arrêtés puis libérés
Article suivantLe colonialisme mental de nos élites et la démocratie Par Farhat Othman