Intermède

Le déphasage, sème le trouble. Et le trouble, est la condition du sens. Allié précieux de notre quête d’existence. Être en décalage aujourd’hui, devient presque un lieu commun. Société et époque s’évertuent à générer des malaises permanents, qui nous tiraillent, mais qui nous interpellent surtout sur des réalités sociales que nous ne pouvons ni feindre, ni ignorer.

Advertisement

artworkimages764165488mdv3 150x150 - Déconnexion La célérité des faits et des évènements que nous vivons, rend les choses encore plus complexes. Puisque nous interagissons en tant qu’acteurs, et réagissons en tant qu’observateurs. Dans ce continuum sans fin, le décalage est salutaire. Il permet la pause, et nourrit des réflexions qui préconisent d’autres orientations.

C’est la fameuse déviance, qui érige le socle de la « Méthode », si chère à Edgar Morin, pour appréhender et développer la pensée complexe. Une méthode de connaissance qui traduit la complexité du réel, reconnaît l’existence des êtres, approche le mystère des choses, intègre les incertitudes et capable de relier et de globaliser, tout en reconnaissant le singulier et le concret.

Agir et penser à la fois, pourrait aussi être la vertu de cette nouvelle génération du web2.0 qui est en passe de devenir un cinquième pouvoir dans la réorganisation sociale.

Mais sans philosophie et sans éthique de la compréhension, c’est sa pérennité qui est compromise.
Ce sera donc à nous de faire de la complexité, une opportunité pour construire le monde qui nous ressemble.

F.B.H

Pour Approfondir votre Analyse

La Méthode d’Edgar Morin
Association pour la pensée complexe.
Centre Edgar Morin

Illustration : peinture de Mark Tobey : peintre fractaliste dit de la complexité.