Gros point d’interrogation. Le vaccin contre la grippe AH1N1 est-il sûr et sans danger comme l’a assuré le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Saïd Barkat?

Jeudi 30 décembre, soit un jour après le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe AH1N1, une terrible nouvelle vient endeuiller le personnel de l’hôpital universitaire Saâdna- Abdennour: le médecin chef du service de réanimation, le docteur Rezig Lilia décède mystérieusement, alors qu’elle « venait de se faire inoculer le vaccin contre la grippe AH1N1, à l’instar de ses collègues » rapport notre confrère Le Jeune indépendant dans son édition du vendredi. La défunte ne présentait aucun signe de maladie qui expliquerait sa mort subite, précise la même source.

Pour rappel, à ce jour 20 cas de grippe A H1N1 suspectés et 4 décès ont été enregistrés au niveau de l’ensemble de la wilaya de Sétif, selon des sources officielles. Néanmoins, depuis la mort suspecte de ce médecin de 35 ans après avoir été vaccinée, d’énormes doutes planent sur l’efficacité, voire la dangerosité potentielle du vaccin.

Interrogé par Le Jeune indépendant, le professeur Lachhab, responsable du centre de référence, indique « qu’il est encore tôt pour se prononcer sur la cause de cette mort subite de sa collègue », et que  » seule l’autopsie déterminera la véritable cause de ce décès ».

Se voulant rassurant, le professeur Lchahab déclare avoir  » été lui-même vacciné du même flacon que la défunte aux côtés du Dr Lehtihet, directeur de la santé, du Dr Koussa, responsable de la cellule de prévention, et d’autres collègues, mercredi dernier, date du début de la campagne de vaccination dans le milieu médical de la wilaya.

RAF

vacc