Alors que la demande formulée par Paris d’obtenir une liste détaillée des passagers ralliant le sol français, avant leur décollage à partir d’Alger, avait soulevé un tollé dans la presse algérienne, M.Bouabdallah, le PDG d’Air Algérien a dévoilé la semaine dernière une information qui a laissé plus d’un pantois.

En effet, lors d’une conférence de presse, tenue à l’hôtel Hilton d’Alger, le responsable de la compagnie nationale de transport Aérien a annoncé qu’en réalité il se pliait à cette mesure controversée depuis plus deux ans à la demande de ses homologues canadiens. Une mesure qui selon lui n’a rien d’anormale, surtout que les canadiens feraient de même avec les autorités algériennes.

Cette révélation bien qu’étonnante, arrive à un moment où la France, les États-Tunis et la Suisse considèrent le voyageur Algérien comme potentiellement dangereux pour leur sécurité, dès lors que l’Algérie figure sur la liste noire des 14 pays à risque. Cela ne fait que crisper les relations entre Alger et Paris, déjà très tendues.

Longtemps dissimulée, cette soudaine déclaration laisse penser que la compagnie algérienne pourrait bien se résigner à répondre favorablement aux exigences françaises. En tous cas, M. Bouabdallah y est, lui, favorable, mais sous conditions de réciprocité.

Une question mérite tout de même d’être posée : les voyageurs ont-ils été mis au courant que leurs informations personnelles sont divulguées, ou bien celles-ci voyagent au delà de l’Atlantique à leur insu et qui plus est avant eux ?

Kha_Louna