Le chroniqueur Eric Zemmour ne sera pas licencié du « Figaro » après ses propos controversés sur les « trafiquants » noirs et arabes. Mais il a encore des soucis judiciaires à se faire.

Il faut sauver le soldat Zemmour ! Depuis ses propos polémiques sur Canal Plus et les noirs-arabes-plus-trafiquants-que-les-autres, le chroniqueur décomplexé de la maison Dassault (et chouchou du patron) se prend des vagues de protestations. Jusqu’à être menacé de se faire licencier du Figaro par son patron chéri. Mais Eric Zemmour n’a pas plié bagages. L’opération sauver Eric Z a fonctionné à plein. D’abord, le malandrin s’est excusé dans une lettre rendue publique par le site du journal Marianne le 23 mars. Puis la famille est entrée en jeu. Pas encore sa marraine, la communicante Anne Méaux. Mais déjà sa femme qui s’est fendue d’un coup de fil éploré auprès du syndicat des journalistes maison. Et en interne, outre Papy Dassault, le libre Eric peut également compter sur le soutien d’ Alexis Brézet, boss du Figaro Magazine. Devant de si aimantes pressions, le patron de la rédaction Etienne Mougeotte a pris le temps de la réflexion. Et annulé l’entretien préalable à un licenciement, qu’il avait fixé au 29 mars.

Un emploi sauvé par Dassault, une première !

En revanche, Eric Zemmour a encore des soucis judiciaires à se faire. Si la Licra (la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) s’est contentée de proférer des menaces, l’animateur de Canal + Thierry Ardisson, a décidé de porter plainte contre le chroniqueur.

Autre contre-attaque, celle du collectif DOM (Départements d’Outre Mer), qui compte tout de même près de 40 000 adhérents ou sympathisants.

Dans sa plainte, que Bakchich s’est procurée, le collectif estime que les propos tenus par le chroniqueur, le 6 mars, sur Canal + – « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes » – portent atteinte à la dignité des noirs et des arabes, donc aussi, à celle des ultramarins.

Ces propos sont réitérés par internet sur « le Post », poursuit la plainte, « où Eric Zemmour informe son public qu’il ne s’agit pas d’un dérapage de sa part mais d’une vérité ». Y compris que les noirs et les arabes « sont plus contrôlés parce qu’il y a plus de délinquance parmi eux » ?

Le collectif DOM, représenté par son président Daniel Dalin, souligne aussi les propos du même acabit, qu’Eric Zemmour a tenus, toujours le 6 mars, sur l’antenne de RFO. Lors d’un échange contradictoire dans l’émission France Ô, il a déclaré que « les entreprises ont le droit de ne pas embaucher un noir ou un arabe dans leur entreprise ». Ajoutant : « ces lois réprimant la discrimination n’ont pas lieu d’être (…) Ce délit de refus d’embauche sur des critères raciaux est un délit fabriqué ». Ces remarques sont « d’autant plus inacceptables à la lumière du cumul de ses dérapages », s’indigne maître Freddy Brillon, qui porte le dossier pour le collectif DOM.

Et l’avocat d’ajouter : « Zemmour est coutumier du fait, il a à maintes reprises avancé, sous couvert de sa qualité de journaliste écrivain, la prévalence de la race blanche en Europe et en particulier en France ».

Z. le malotru aura du mal à ne pas passer par la case justice. Avec Zemmour, ça fera au moins un délinquant blanc !

Anaëlle Verzaux, Gari John
bakchich.info