Mesdames, Messieurs,

Nous, Algerian Users for Free Internet, procédons dès aujourd’hui au lancement de ce message pacifique à travers la toile algérienne.

L’objet de notre message est connu de tous : Nous exigeons des opérateurs des nouvelles technologies en Algérie un meilleur service d’accès à Internet ainsi qu’un meilleur comportement avec leurs clients dont nous faisons (et peut être vous faîtes) partie.

Nous demandons à Algérie Télécom, non pas d’offrir la lune, mais d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses clients résidentiels et professionnels.

Les internautes-clients d’Algérie Télécom se voient attribuer des adresses IP dynamiques, qui dans la majorité des cas sont blacklistées (mises sur liste noire) sur différents serveurs RBL et DNSBL de par le monde. Se voir attribuer une adresse IP blacklistée, signifie que si l’on envoie un message électronique via un service mail tel que Google, il y a de fortes chances que ce mail soit filtré à l’arrivée et classé comme étant un spam par un autre opérateur de services mail. Ces mêmes adresses IP blacklistées sanctionnent des milliers d’utilisateurs et à cause d’elles, les internautes algériens ne peuvent accéder à certains sites et/ou services banals sur Internet.

L’opérateur Mobilis, filiale d’Algérie Télécom, se permet de faire transiter intégralement sa clientèle via, seulement et uniquement, deux adresses IP publiques blacklistées (213.140.59.45 et 213.140.59.46) dans un réseau NATé au préalable !

L’opérateur Nedjma possède et met à la disposition de sa clientèle des plages d’adresses IP dont la majorité est blacklistée et les utilisateurs qui se voient assignés une IP xxx.nedjma.dz sont considérés comme des clients localisés en Turquie au lieu de l’Algérie.

Ces mêmes IP donnent une très mauvaise image du réseau national algérien et du type de routage et de configuration vu de l’extérieur.

Ajouter aux IP blacklistées et dynamiques ellah ibarek, un autre problème technique : Fermeture de ports qui perdure depuis plusieurs années, chose que beaucoup d’utilisateurs trouvent handicapant, que ce soit pour faire tourner et/ou se connecter à divers services même en intra-réseau national (Jeux, VoIP etc …).

Avoir une adresse IP blacklistée par le reste des opérateurs mondiaux, c’est comme si on avait un numéro de téléphone qui ne sert à rien puisque, de toute façon, on figure sur la liste noire des appelants indésirables !

Certains opérateurs de téléphonie mobile se sont lancés dans le haut-débit mobile qui n’en est rien du tout en soi. Nous demandons à l’A.R.P.T de vérifier avec chaque opérateur fournissant des services d’accès à Internet, la véracité entre la publicité et l’offre technique réelle sur le marché, car certains opérateurs nous vendent du vent dans le tuyau sans que nous recevions le moindre octet dans le robinet. Chaque fournisseur d’accès à Internet doit rendre des comptes que ce soit à l’A.R.P.T ou mieux encore, à ses clients.

Si l’Internet algérien va dans le sens où toute l’infrastructure serait gérée selon le modèle chinois, nous craignons fort que ce soit de l’importation pure et simple du modèle du “Grand pare-feu chinois de l’Internet” et que nous nous dirigeons inéluctablement vers un Internet plutôt intra-censuré.

Des centaines de milliers de réclamations ont été adressées à Algérie Télécom et ses filiales sans que celles-ci ne bougent d’un iota.

C’est pour cela que nous vous demandons avec toute diplomatie d’améliorer les choses le plus vite possible avant que ce ne soit trop tard et ce pour le bien de l’économie nationale algérienne mais qui sera aussi bénéfique pour les utilisateurs finaux.

Cordialement,

Algerian Users For Free Internet