Le programme public de développement économique et social pour la période 2010-2014, examiné et adopté par la Conseil des ministres, s’articule autour de six axes fondamentaux portant sur le développement humain, le développement des infrastructures de base, l’amélioration du service public, le développement économique, la lutte contre le chômage, la recherche scientifique et les nouvelles technologies de la communication. Le développement humain bénéficie d’une enveloppe globale de l’ordre de 9386,6 milliards DA repartis entre plusieurs secteurs d’activités.

L’Education nationale bénéficie ainsi d’un budget de 852 milliards DA destinés notamment à la réalisation de plus de 3000 écoles primaires, plus de 1000 collèges, 850 lycées, ainsi que plus de 2000 internats, cantines et demi-pensions. 868 milliards DA sont destinés à l’Enseignement supérieur pour, notamment, la réalisation de 600.000 places pédagogiques, 400.000 places d’hébergement et 44 restaurants universitaires, Près de 178 milliards DA seront alloués à l’Enseignement et la Formation professionnelle pour la réalisation, notamment, de 220 instituts, 82 centres de formation et 58 internats.

Pour sa part, le secteur de la Santé bénéficiera de 619 milliards DA dévolus à la réalisation de 172 hôpitaux, 45 complexes spécialisés de santé, 377 polycliniques, 1000 salles de soins et 17 écoles de formation paramédicale.

Un budget de plus de 3700 milliards DA sera alloué à l’Habitat pour la réhabilitation du tissu urbain et la réalisation de 2 millions de logements (dont 500.000 locatifs, 500.000 promotionnels, 300.000 pour la résorption de l’habitat précaire et 700.000 logements ruraux). 1,2 million de logements seront ainsi livrés durant le quinquennat, le reste sera achevé entre 2015 et 2017.

Plus de 350 milliards DA seront consacrés au secteur de l’Energie, notamment pour le raccordement de 1 million de foyers au réseau de gaz naturel et 220.000 foyers ruraux à l’électricité, tandis que le secteur des Ressources en eau bénéficiera de plus de 2000 milliards DA en vue de la réalisation de 35 barrages, 25 transferts, 34 stations d’épuration et de plus de 3000 opérations d’alimentation en eau potable, d’assainissement et de protection des villes contre les inondations. A ce montant, s’ajouteront 60 milliards qui seront mobilisés par les entreprises sur le marché financier, pour la finalisation ou la réalisation de 8 nouvelles stations de dessalement de l’eau de mer.

Plus de 40 milliards DA seront destinés à la Solidarité nationale afin de permettre, entre autres, la réalisation de plus de 70 établissements spécialisés au bénéfice des handicapés et de près de 40 infrastructures pour personnes en détresse.

Le secteur de la Jeunesse et des Sports bénéficiera de plus de 1130 milliards DA pour la réalisation de 80 stades de football, 750 complexes de proximité, 160 salles polyvalentes, plus de 400 piscines, plus de 3500 aires de jeux, plus de 230 auberges et maisons de jeunesse, et plus de 150 centres de loisirs scientifiques pour jeunes.

Plus de 19 milliards DA seront alloués aux Moudjahidine en vue, notamment, de réaliser 9 centres de repos, des salles de soins et de rééducation, 17 musées et complexes historiques, ainsi que la réhabilitation de 34 sites historiques et l’aménagement de plus de plus de 40 cimetières de martyrs.

Les Affaires religieuses disposeront de plus de 120 milliards DA pour la réalisation de la grande mosquée d’Alger, de 80 mosquées et centres culturels islamiques, 17 écoles coraniques et la restauration de 17 mosquées historiques.

Plus de 140 milliards DA seront destinés à la Culture pour la réalisation de 40 maisons de la culture et complexes culturels, 340 bibliothèques, 44 théâtres, 12 conservatoires de musiques et écoles des Beaux-Arts, ainsi que 156 centres de loisirs scientifiques, tandis que plus de 106 milliards DA seront consacrés à la Communication pour l’amélioration des équipements radios et télévision et l’amélioration de leurs réseaux de diffusion.

Le développement des infrastructures de bases bénéficie d’un budget global de l’ordre 6447 milliards DA. Plus de 3132 milliards DA seront ainsi attribués aux Travaux publics en vue de finaliser le réseau de l’autoroute Est-Ouest, de la compléter par 830 kilomètres de liaison autoroutières, de procéder au dédoublement de près de 700 kilomètres de routes nationales, de réaliser plus de 2500 kilomètres de routes nouvelles, de moderniser et réhabiliter plus de 8000 kilomètres de route, de réaliser et moderniser près de 20 ports de pêche et de procéder au dragage et au confortement de 25 ports, ainsi qu’au renforcement de trois aérodromes.

Plus de 2816 milliards DA seront alloués aux Transports pour la réalisation de 17 lignes ferroviaires (6000 km), le parachèvement de l’électrification de la rocade ferroviaire nord, le dédoublement de 800 kilomètres de voies sur la boucle du Sud-Ouest, la livraison des métros d’Alger et d’Oran, la réalisation de tramways dans 14 localités, le lancement de 27 nouvelles entreprises de transports urbain et la réalisation de 35 gares routières ainsi que la modernisation de 8 aérodromes et l’extension de 4 ports.

Une enveloppe près de 500 milliards DA sera destinée à l’Aménagement du territoire et l’Environnement pour, notamment, la réalisation de quatre villes nouvelles et diverses opérations de préservation de l’environnement, y compris la gestion des déchets.

L’amélioration du service public sera soutenue par un budget global de 1790 milliards DA, dont plus de 895 milliards DA seront attribués aux Collectivités locales, la Sûreté nationale et la Protection civile, notamment, pour réaliser 4 sièges de wilayas et 103 sièges de daïra, 6 centres de formation des personnels, près de 450 sièges de Sûreté de wilaya et de daïra et de Sûretés urbaines, plus de 180 Brigades de police judiciaire, de Brigades de police des frontières et Unités républicaines de sécurité, ainsi que plus de 330 unités de la Protection civile.

Le secteur de la Justice sera doté de près de 379 milliards DA dédiés notamment à la réalisation de 110 cours et tribunaux, d’écoles de formation et de plus de 120 établissements pénitentiaires, ainsi qu’à la modernisation des moyens de travail de la justice.

Plus de 295 milliards DA seront affectés au secteur des Finances pour la réalisation de plus de 250 structures des impôts, de 70 structures du Trésor, de 50 structures des Douanes, ainsi que de nouveaux services du cadastre.

Près de 39 milliards DA seront destinés au secteur du Commerce pour moderniser et renforcer les services et moyens de contrôle et réhabiliter plus de 250 marchés de gros et de détail, tandis que près de 58 milliards DA seront consacrés à l’administration du Travail, notamment, pour renforcer et moderniser ses moyens de contrôle et de régulation.

1566 milliards DA seront consacrés au chapitre développement économique. Plus de 1000 milliards DA seront ainsi destinés à l’Agriculture, notamment aux plantations forestières sur 360.000 hectares, pastorale sur 70.000 hectares, oléicole sur 1 million d’hectares, ainsi qu’à l’important programme de développement de l’agriculture, par voie de bonification des prix des récoltes et de soutiens à la modernisation des techniques et moyens de l’agriculture.

Plus de 16 milliards DA seront alloués à la Pêche pour, notamment, accompagner le développement de cette activité et la soutenir par de nouvelles infrastructures, tandis que le développement industriel bénéficiera de près de 50 milliards DA en vue de moderniser et de réaliser 80 zones industrielles et d’activités, ainsi que pour le renforcement des capacités de normalisation industrielle.

Près de 100 milliards DA seront également destinés à la Petite et Moyenne entreprises, dont 16 milliards DA destinés à l’accompagnement de la création

des petites et moyennes entreprises, 80 milliards DA dédiés à l’appui au programme national de mise à niveau de 20.000 petites et moyennes entreprises, sous forme d’aides directes ou de bonification de crédits bancaires. Les crédits bancaires ainsi bonifiés pourront atteindre, quant à eux, 300 milliards DA.

Pour la lutte contre le chômage, une enveloppe de 360 milliards DA a été dégagée, dont 150 milliards DA destinés à l’appui à l’insertion des diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle dans le cadre des programmes de formation et de qualification, 80 milliards DA en soutien à la création de micro-entreprises et de micro-activités et 130 milliards DA pour les dispositifs d’emplois d’attente.

Une enveloppe de 250 milliards DA est destinée à la recherche scientifique et aux nouvelles technologies de la communication, dont 100 milliards DA consacrés au développement de la recherche scientifique, 50 milliards DA aux équipements destinés à la généralisation de l’enseignement de l’informatique dans tout le système national d’éducation, d’enseignement et de formation et 100 milliards DA pour la mise en place de la « e-gouvernance ».

Outre ce programme public de développement, financé par le budget de l’Etat, d’importants investissements sont également prévus au niveau des entreprises publiques pour un montant de 2000 milliards DA, à mobiliser sur le marché financier local.

A cet effet, près de 300 milliards DA pour la réalisation des centrales

électriques, plus de 800 milliards DA pour le développement de l’industrie pétrochimique et près de 1000 milliards DA, au titre de la relance et de la modernisation des entreprises publiques industrielles et de réalisation qui disposent d’un marché.

Ces opérations seront accompagnées d’interventions du Trésor pour, le cas échéant, le redressement de la situation financière des entreprises concernées et la bonification des coûts des crédits mobilisés sur le marché financier.

APS