Les autorités algériennes viennent de saisir officiellement l’opérateur téléphonique égyptien Orascom Telecom (OT) pour le rachat de sa filiale algérienne «Djezzy», rapportent les médias égyptiens. Ces derniers précisent qu’une correspondance officielle est parvenue aux dirigeants d’OT afin d’entamer les négociations de cession de «Djezzy» au profit de la partie algérienne.

Selon Manal Abdelhamid, la porte-parole d’OT, les autorités algériennes (sans préciser quelle partie), ont signifié à la maison-mère de «Djezzy» leur intention d’entamer les négociations de rachat de «Djezzy» en attendant la désignation prochaine de négociateurs algériens. Les journaux égyptiens ont précisé qu’OT avait informé, jeudi dernier (27 mai 2010), les responsables algériens de son intention de leur revendre «Djezzy» après l’échec des négociations avec la firme sud-africaine «MTN», motivé par le niet catégorique des Algériens à l’accomplissement de cette transaction.

Au même temps, l’opérateur émirati «Etisalat» vient de nier son intention d’acquérir une partie du capital de «Djezzy», ce qui voudrait dire que cette marque devrait revenir entièrement à la partie algérienne. Reste à définir les mécanismes de son acquisition. Les Algériens ne donnent pas plus d’informations et l’affaire «Djezzy» semble bien partie pour revenir à l’Etat algérien. Pour en faire quoi après ? Le mystère reste entier.

Hicham A.