Le sélectionneur national, Rabah Saâdane, s’est gardé de livrer tout pronostic sur l’issue du match Algérie-Slovénie, prévu dimanche (12h30 – heure algérienne) à Polokwane, lors d’une conférence de presse tenue samedi au stade Peter Mokaba à l’issue de la dernière séance d’entraînement des Verts avant leur premier match du premier tour du Mondial 2010. « Je n’aime pas faire de pronostics. Je pense que ce sera un match difficile face à un adversaire de valeur. Je ne peux pas vous dire à l’heure actuelle comment ça va se passer, ça sera en fonction de l’évolution du jeu et la manière avec laquelle va réagir mon équipe », a déclaré Saâdane, en réponse à un journaliste qui lui demandait s’il serait satisfait d’un match nul pour la première sortie des Verts dans ce Mondial. « Moi, je suis toujours réaliste, on verra demain dès le début de la partie », a-t-il ajouté, soulignant que ce qui lui fait plaisir aujourd’hui, « c’est que mes joueurs sont extrêmement motivés pour donner le meilleur d’eux mêmes et c’est que nous avons recherché ».
« On a bien préparé les joueurs et on a mis tous les moyens pour cela. Je sais que l’équipe n’a pas atteint son meilleur niveau, car on a fait face à trop d’aléas, notamment les blessures de certains joueurs. Mais je pense qu’on pourra compenser ces petites défaillances par la volonté collective qui anime actuellement l’équipe », a-t-il affirmé.

Sur l’effectif qu’il compte aligner face à la Slovénie, le coach national a indiqué qu’il a pratiquement en tête le onze type mais qu’il subsiste encore quelques incertitudes sur deux postes notamment en attaque avec la titularisation ou non de Rafik Djebbour, précisant que cette question sera tranchée dimanche lors de la réunion technique.

Interrogé sur la décision de mettre sur le banc le capitaine d’équipe Yazid Mansouri, le sélectionneur algérien a répondu qu’il a en tête toutes les possibilités de remplacement de joueurs en fonction de toutes les éventualités. « J’alignerai les joueurs qui sont techniquement et psychologiquement préparés pour le match », a-t-il insisté. « L’équipe s’est habituée à évoluer sans plusieurs de ses joueurs. Nous insistons sur l’esprit collectif et psychologique. La force de cette équipe c’est son esprit collectif et sa solidarité », a souligné M. Saâdane. Il a indiqué, en outre, que l’équipe est en train de progresser depuis le stage d’Allemagne. « Certes on n’est pas encore à notre meilleur niveau, mais nous sommes sur une courbe ascendante », a-t-il relevé.

Concernant la particularité de la pelouse du stade Peter Mokaba, qui est mi-naturelle mi-synthétique, le patron des « Verts » a indiqué que cela constitue un « détail ». « C’est l’organisation de la Fifa et l’on doit l’accepter. Pour mieux nous familiariser avec cette pelouse, nous avons travaillé énormément avec ballon pour que les joueurs s’habituent aux conditions de jeu et trouvent leurs repères. Il faut s’adapter, et ne pas se poser de questions », a-t-il poursuivi.

Interrogé enfin sur les conséquences qu’il pourrait subir en cas d’échec de la sélection nationale, Saâdane a répondu: « L’Algérie a beaucoup changé les Algériens sont déjà très contents d’être en coupe du monde. Quel que soit le résultat, je pense que le fait d’être parmi les 32 meilleures équipes du monde est déjà un exploit. Nous avons en plus une équipe d’avenir surtout avec la récente intégration de sept nouveaux jeunes joueurs ». « Si je suis revenu en équipe nationale, c’est que je n’ai jamais eu peur en cas d’un échec. Je suis revenu d’abord pour servir mon pays. Je pense que nous avons fait le maximum pour préparer l’équipe et il reste aux joueurs de prouver cela sur le terrain », a-t-il conclu.

APS